CHAMBRES CONSULAIRES DU MALI: La bataille du renouvellement des bureaux s’annoncent serrée

0
144

La fin de l’année 2020 annonce aussi la fin du mandat de beaucoup de responsables des chambres consulaires du Mali. Parmi celles qui doivent renouveler leurs instances dirigeantes, figurent la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (Ccim), le Conseil malien des Chargeurs (CMC), la chambre des Mines.
S’agissant de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (Ccim), le décret de convocation du collège électoral aurait même été signé. Et tout porte à croire que le président Youssouf Bathily, qui est à la fin de son premier mandat, est candidat à sa propre succession.
Pour solliciter un second mandat, il aura, sans doute, beaucoup d’arguments pour convaincre les commerçants maliens. Et pour cause, le bilan de son premier mandat plaide largement pour lui et son équipe. Il croisera le fer avec Boubacar Tandia qui est un industriel et plus intellectuel que lui.
Pour rappel, sous son premier mandat, le président Youssouf Bathily a su éteindre le feu de la discorde entre les commerçants maliens. Comme pour dire que l’argent n’aime pas le bruit, il a su maintenir l’entente et la solidarité entre les commerçants maliens tout au long de son mandat.
Mieux, dans la gestion du Covid-19 et de l’embargo de la Cedeao, Youssouf Bathily, en tant président de la Ccim, a su maintenir une certaine stabilité dans le prix des denrées de première nécessité, qui, on se rappelle, n’ont pas aussi connu de rupture.
Quant au Conseil malien des chargeurs, le bureau actuel dirigé par Ousmane Babalaye Daou est aussi en fin de mandat. D’ailleurs des voix d’incitation à l’organisation rapide des élections de renouvellement du bureau sont, de plus en plus, persistantes. Il affrontera dans les urnes le transiter, Souleymane Baba Traoré, son Vice-président.
Pour rappel, ce sera la deuxième fois que les hommes s’affrontent dans les urnes. Leur premier affrontement a été brillamment remporté par Babalaye Daou.
En cette veille d’élection, le président Ousmane Babalaye Daou dispose aussi d’une chance énorme de succéder à lui-même car son bilan est attractif.
Pour rappel, il est le président qui a vraiment soigné l’image du CMC qui s’est doté d’un siège propre sous son mandat. Aussi grâce à son dynamisme, il a su assurer l’approvisionnement correct du Mali en produits de première nécessité en négociant des facilités dans les ports voisins au profit des chargeurs maliens lors de l’embargo et de la crise sanitaire du Covid-19. Pour avoir abattu ces travaux, il reste très apprécié par les chargeurs maliens et bénéficient de leur confiance.
S’agissant du président de la Chambre des Mines, Abdoulaye Pona, il risque de connaitre de gros ennuis pour sa réélection. Tout récemment, son nom était cité dans des affaires peu orthodoxes notamment la gestion des mines traditionnelles.
Malipost

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici