Amadou Keita, ministre de l’Enseignement supérieur : « L’avenir de notre pays se joue en partie à Kabala »

0
134

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Amadou Kéita et son collègue des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Seydou Lamine Traoré étaient en visite, le 1er juillet dernier à la Cité universitaire de Kabala.

Au nom de l’ensemble des représentants des structures universitaires, le directeur général du Centre national des Œuvres universitaires (CNOU) colonel-major Ousmane Dembélé, a prononcé les mots de bienvenue avant de décliner le programme de la visite.
En compagnie du maire de la commune rurale de Kalabancoro, Tiékoura Ahmadoune Diarra, les deux ministres et les délégations composées de collaborateurs, de responsables des structures universitaires, ont eu droit à une vue panoramique semi-aérienne des travaux abritant les infrastructures de la deuxième phase du projet d’extension de l’Université de Bamako à Kabala couvrant une superficie de 9,2 hectares contre 103 hectares pour tout le campus Universitaire.

Réalisée par l’entreprise CADAU/CADI dirigée par Ahmadou Sékou Nimaga, les travaux de la deuxième phase exécutés à 70%, comprennent sept blocs dont la Faculté des Sciences de la santé, la Bibliothèque universitaire, l’Institut universitaire de Technologie, l’Institut Confucius, le CNRST, les ateliers d’impressions, la zone pédagogique pour un coût total de 37 milliards de FCFA et un local transformateur d’électricité à hauteur de 1250 KV. Contrairement à la première phase, comprenant les zones de résidences universitaires, quatre blocs de 1200 places pour un coût de 47 milliards de FCFA. Les deux infrastructures sont des dons de la République populaire et démocratique de Chine.

Aussi, le Ministre de l’Enseignement supérieur et son collègue des Mines, de l’Energie et de l’Eau, ont eu droit à la visite guidée de la station de traitement biologique des eaux usées par lagunage. Laquelle constitue un muni réseau d’égout évacuant par décantation les eaux traitées arrosant les espaces verts de la cité universitaire.

En plus, la délégation ministérielle a également visité le groupe électrogène, qui a besoin de maintenance pour reprendre automatiquement le relai en cas de coupure d’électricité.

Au sortir de ces visites guidées, une rencontre d’échanges a eu lieu entre les visiteurs du jour et les responsables des structures universitaires. Laquelle a été mise à profit par le directeur national du Centre national des Œuvres universitaires pour poser les problèmes.

Au nom de tous les responsables des structures universitaires, le colonel Ousmane Dembélé, a sollicité les ministres pour la résolution des problèmes d’eau, d’électricité à Kabala et la maintenance de la station de pompage et du groupe électrogène. Il a également demandé l’inscription de la Cité universitaire de Kabala sur la ligne prioritaire de l’EDM, la mise à la disposition de l’université d’une équipe de maintenance dédiée à Kabala, qui pour lui, demeure un point sensible de la République et l’obtention d’un point focal à la SOMAGEP (Société Malienne de Gestion de l’Eau Potable).

Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, a encouragé les dirigeants des structures universitaires pour tout ce qui se fait à Kabala. Les autorités de la transition, dit-il, accordent une attention particulière à l’enseignement. Pour lui, les préoccupations exprimées entrent dans le cadre des préoccupations globales pour la desserte de l’ensemble du territoire national en électricité et en eau. « Kabala est un site stratégique méritant une attention particulière et il est normal d’avoir des points focaux à l’EDM ou d’être sur la clientèle particulière pour faire de ce pool de savoir, un endroit où il fait bon vivre », a-t-il affirmé.

A son tour, le ministre de l’Enseignement supérieur, Amadou Kéita, a réitéré ses remerciements à ses collègues de l’enseignement supérieur, au maire de Kalancoro, aux forces de l’ordre et à la presse. Pour lui, « l’avenir de notre pays se joue ici en partie à Kabala eu égard à la formation des ressources humaines qui demeurent le meilleur investissement ».

Alpha Sidiki Sangaré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici