Assises du coton : Comment rompre avec les crises cycliques ?

0
167

A partir du 18 janvier, les autorités et les acteurs du monde paysan se sont mis à réfléchir sur les crises de parcours de la filière coton qui connait encore des difficultés. Tous sont d’accord qu’il faut crever l’abcès pour trouver des solutions idoines aux problèmes récurrent de ce fleuron de l’économie nationale. Les travaux des assises du coton ont été lancés sous la présidence du Premier ministre Moctar Ouane, il a été question de la place centrale du coton dans l’économie nationale.

En plus de la création et la distribution de revenus sûrs, le coton joue un rôle important dans la sécurité alimentaire, selon le Premier ministre. Le coton contribue surtout au financement des infrastructures sanitaires dans les zones de production de la CMDT et de l’Office de la haute vallée du Niger(OHVN). Il aide à la dynamisation de multiples branches de l’économie malienne, contribue substantiellement aux recettes fiscales et douanières, au bilan des banques, à la stimulation de l’activité hôtelière, du petit commerce ambulant et à la création d’emplois.
Moctar Ouane a rappelé que plus de 4 millions de personnes bénéficient de la culture du coton comme source de revenus. Il contribue à hauteur de 15% de la formation du Produit intérieur brut(PIB) et occupe la seconde place, après l’or, aux recettes d’exportation. D’ailleurs, l’Union économique et monétaire ouest africaine(UEMOA) a retenu la culture du coton comme étant l’une des cinq filières prioritaires devant bénéficier d’un soutien accru.
Malgré cette place de choix dans l’économie nationale, le coton reste fragile face aux fluctuations du cours mondial de la fibre et du prix des intrants agricoles. Autre problème souligné par Moctar Ouane, le faible niveau de productivité et de transformation sur place. Il y a aussi les nombreux dysfonctionnements dans la gouvernance du coton. De 2000 à nos jours, la filière a connu quatre crises majeures, celle de 2020 étant la plus remarquable, selon les autorités.
Le gouvernement voit ainsi ces assises comme l’occasion de recommander des mesures pouvant relancer la filière coton. Le ministre de l’Agriculture, Mahmoud Ould Mohamed, a indiqué que ces assises s’inscrivent dans l’axe 2 du Programme d’actions du gouvernement de transition qui est la promotion de la bonne gouvernance. Selon lui, le coton est la colonne vertébrale de l’économie nationale, mais il est confronté à des crises récurrentes.
Pour le ministre de l’Agriculture, il s’agit de briser le cycle infernal des échecs du secteur pour donner au monde rural et à l’Etat ce qui est attendu du coton. Ainsi, tout se résume en quelques questions selon lui : Quelles sont les leçons apprises des différentes crises ? Pourquoi les solutions envisagées n’ont- elles pas fonctionné ? Quelles sont les actions de relance recommandées à partir de la campagne 2021-2022 ?
Malipost

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici