BAISSE DE LA TENSION SOCIALE-REDUCTION DU TRAIN DE VIE DE L’ETAT : En 100 jours à la primature, Choguel fait revivre l’espoir dans le cœur des Maliens

0
135

Les 100 jours de Dr Choguel Kokalla Maïga à la tête de l’exécutif malien ont été certes très mouvementés. Les discussions ont été souvent houleuses. Il y a aussi eu parfois des incompréhensions. Sur quelques points de vue, il y a même eu rupture totale de discussions avec certains acteurs politiques. Mais, le gouvernement a su maintenir le cap de la marche vers la refondation de l’Etat du Mali. Et des résultats concrets sur le terrain ont pu être glanés au niveau de tous les secteurs prioritaires de l’Etat malien. De quoi montrer clairement qu’un autre Mali plus prospère, juste et respecté dans le concert des nations est bel et bien possible si tous les Maliens se donnaient la main. Au cours d’une interview télévisée par nos confrères de la chaine nationale (ORTM), le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga a lui-même dressé le tableau reluisant de ses 100 jours passés à la Primature. C’était le jeudi dernier.
Face aux journalistes, le Premier ministre s’est incliné devant la mémoire de tous les maliens et les amis du Mali qui tombent tous les jours mais aussi et surtout devant la mémoire des maliens et maliennes qui sont tombés lors de la lutte pour la refondation du Mali.
Il a également salué les milliers de Maliens qui ont manifesté pour que le changement ait lieu le 18 Août 2020. “Je suis aujourd’hui dans un état d’esprit habité par le sens de l’obligation de répondre aux aspirations légitimes pour lesquelles les maliens se sont mobilisé ; ce qui fait que tous les jours pratiquement, je suis là de 5h 30 à 22 heures tous les jours. Donc c’est un esprit d’obligation, de responsabilité ; un esprit qui doit nous conduire obligatoirement à obtenir les résultats dans le laps de temps qui nous est imparti’’, a indiqué le premier ministre Dr Choguel.
Selon lui, c’est aux Maliens d’apprécier si les lignes bougent. “Dès que nous sommes installés à la primature, nous avons identifié très clairement les priorités auxquelles il faut s’attaquer’’, a expliqué le Premier ministre. Pour lui, ce diagnostic était pour éviter de tomber dans les erreurs du passé. Selon lui, il fallait surtout “répondre aux aspirations des Maliens’’ sans aucune perte de temps.

Choguel toujours perplexe sur la question du respect du délai de la transition
A la question de savoir si le délai de la transition sera-t-il respecté ? Le Premier ministre a été, on ne peut plus clair : “ le gouvernement a dit et continue de dire qu’il fera tout ce qui est possible pour être dans le délai prescrit. Le gouvernement dit aussi, qu’il fera tout pour veiller sur l’organisation des assises nationales de la refondation pour restituer la parole aux Maliennes et Maliens qui diront quelle orientation, quel rythme veulent-ils imprimer à la transition’’, a-t-il précisé tout ajoutant qu’“au sortir des assises nationales, des indications plus précises seront données. Toutefois, le gouvernement travaille pour respecter les engagements pris devant la communauté internationale ».
Choguel Kokalla Maïga a également souligné que les dates étaient fixées sans pour autant évaluer les questions qu’il faut résoudre avant d’y arriver. “Nous nous procédons de manière plus scientifique. On pose les problèmes qu’il faut résoudre un à un et en fonction de là, on dit voici à quelle date on finira de les résoudre pour faire les élections’’.
Sur les assises nationales de la refondation dont la majeure des partis politiques mettent en cause pour sa pertinence et son coût, le premier ministre a estimé que la classe politique est une partie des Maliens et c’est au sein de cette classe qu’une partie n’est pas d’accord de la façon de travailler du gouvernement. “C’est normal en démocratie, mais constate le Premier ministre que pour la quasi-totalité ce sont les partis qui constituaient la majorité qui avaient le pouvoir et que le peuple a rejeté’’. Choguel rappelle que le peuple n’est pas seulement la classe politique.
Sur la mise en place de l’organe unique de gestion des élections, Choguel révèle que lors de la dernière mission de la CEDEAO en mars 2021, “toute la classe politique, toute la société civile disaient qu’il faut un organe unique de gestion des élections pour minimiser les risques de contestations des élections et brusquement, moins de 60 jours après, dès qu’on a nommé u nouveau premier ministre le 7 juin, une partie de la classe politique essentiellement de l’ex-majorité dit qu’ils ne sont plus d’accord. Ils disent d’aller aux élections quelque sot ce qui va arriver’’, a précisé Choguel. Une chose à laquelle doute le premier ministre au regard des crises qui ont laissé des fractures au sein de la population. Ce débat du délai de la transition, à en croire le PM avait poussé les politiques à laisser l’essentiel de côté et cela a occasionné les crises que l’on connait et aujourd’hui, le Mali se retrouve dans la même configuration.
Le gouvernement pense qu’il a “la responsabilité de faire les choses de manière à ce qu’on n’ait pas de crise politique après les élections’.

Les menaces de la France concernant Wagner n’effraient point le gouvernement
Sur une éventuelle liaison entre le Groupe privé de sécurité russe, Choguel estime que les questions de défense ne doivent pas être débattues à la place publique.
Selon lui, sur cette question, “il y a beaucoup plus de rumeurs à la date d’aujourd’hui que de réalité’’.
Toutefois, le Premier ministre n’a pas nié le fait que le gouvernement malien travaille à donner les moyens politiques stratégiques aux militaires pour assurer la souveraineté du Mali à travers la diversification des partenariats. Il a rappelé au passage que le Mali est un état souverain et n’a rien à cacher. « Si demain nous estimons que nous pouvons coopérer avec tel ou tel pays, nous le dirons publiquement. Deuxièmement, nous avons nos partenaires classiques qui continueront à occuper leur place de choix dans le processus de défense de notre pays’’, a précisé Choguel.
Mais au-delà, le Premier ministre estime que ces rumeurs ont pour vocation de faire pression sur le gouvernement afin de renoncer à ses projets. ‘’Mais elles ne vont pas nous détourner de notre objectif’’, a clarifié Choguel.
A l’en croire, l’ex Union Soviétique et la Russie sont les pays qui ont formé le plus les officiers et sous-officiers maliens et les 90% de l’armement malien c’est d’origine russe.
Pour lui, un gouvernement normal ne peut pas s’interdire de toute coopération avec la Russie. “Les pays avec lesquels il faut coopérer pour sauvegarder notre indépendance et nous donner les moyens de nous défendre, nous allons le faire et on a rien à cacher’’, a-t-il rassuré et d’ajouter qu’aucune raison ne peut amener le Mali à ne pas coopérer avec la France, l’Allemagne, la Chine, l’Angleterre…“ Nous ne pouvons pas jeter des pierres à nos partenaires classiques et stratégiques qui ont aussi leur place. La coopération avec un pays n’est pas exclusive de celle d’avec un autre pays’’, selon Choguel.
Le chef du gouvernement estime que tout autre débat sur la question est “un procès qui n’a pas lieu d’être’’. D’ailleurs, Choguel avait affirmé au meeting d’après la chute d’IBK de la nécessité de l’opérationnalisation du partenariat stratégique. “Le peuple Malien a besoin de regarder vers de nouveaux horizons, multiplier ses chances et se doter de moyens et assurer la sécurité et la défense des citoyens’’.

Non à une nouvelle application de l’article 39 des enseignants !
Par rapport à l’application de l’article 39 et de la grève des enseignants, le chef du gouvernement pense qu’il y a juste une incompréhension.
Selon ses explications, en 2018, le gouvernement de l’époque avait adopté cette loi sur fond de division parce que les ministres des Finances et de l’Emploi n’étaient pas d’accord car cela allait poser un problème. “ Il a fallu attendre le changement du 18 août pour que les nouvelles autorités décident d’appliquer l’article 39. Mais en l’appliquant, ils ont très bien dit à la synergie des syndicats des enseignants que d’autres syndicats vont demander l’harmonisation et au moment où l’harmonisation va intervenir, ce sera un nouveau départ pour tout le monde. Ils étaient d’accord là-dessus’’ a rappelé Choguel.
Selon lui, en appliquant l’article 39, les enseignants se sont trouvés dans une situation plus avantageuse que les autres fonctionnaires alors que les autres demandaient l’équité : “à égalité de diplômes, les mêmes salaires’’.
A en croire le PM, après l’harmonisation, l’article 39 n’avait pratiquement plus de sens “ mais nous nous sommes dits que, l’article 39 est symbole d’une lutte et qu’il faut le garder. « Les enseignants veulent une ré application de l’article 39, on ne peut pas le faire, parce que si on le fait, on va rentrer dans une réaction en chaine des autres syndicats qui vont demander’’, a-t-il expliqué en soulignant que les discussions continuent avec eux.
Par ailleurs, Choguel a informé qu’un audit sera fait pour déterminer de façon claire l’effectif total des enseignants maliens.
Dans ce même élan, Choguel a fait savoir que le plan d’action gouvernemental chiffré en est une réalité pour montrer aux Maliens qu’il faut savoir compter sur soi que les autres. “On le fera avec les moyens générés par les Maliens. Les appuis extérieurs vont venir pour accélérer les projets de développement. Aussi longtemps qu’on n’apprendra pas à vivre de nos propres moyens, on ne peut pas être respecté’’, a souligné le Premier ministre.

Choguel n’est pas Premier ministre isolé et isolable !
Suite à la question qu’il se comporte comme quelqu’un qui n’est pas pressé de rendre le pouvoir démocratiquement et qui veut valider la prolongation de la transition par la tenue des assises nationales, le Premier ministre a répondu que ce sont quelques hommes politiques qui lui prêtent cette intention. « On peut les compter du bout des doigts. Ils veulent isoler le Premier ministre pour l’abattre ». Mais selon lui, leur jeu est compris par le président de la transition et les autres membres du gouvernement.
Par la même occasion, Choguel Kokalla Maïga a encore tenté d’expliquer le bien fondé de son attachement à la tenue des assises nationales de la refondation. « Au temps fort de la lutte du M5, il n’a jamais été prévu de faire l’exclusion au cas où la lutte aboutirait. Le balisage politique que je suis en train de faire a pour objectif de faire en sorte que tous les Maliens se sentent concerner par ces assises », rassure le Premier ministre.
Car pour Choguel, il est indéniable qu’un important lot des Maliens n’a pas pu donner son avis lors du Dialogue national inclusif.
Il a aussi rassuré que sa démarche n’est pas de saboter ou de remettre en cause les acquis déjà obtenus par l’ancien régime. C’est pourquoi, il a informé que les conclusions du DNI serviront de matières premières pour les assises nationales de la refondation du Mali. « Ceux qui ont fait le DNI sont des Maliens comme nous. Ils sont plus intelligents que nous sinon peut-être pour certains. Les résultats de leurs travaux vont servir de matières premières aux assises nationales de refondations »
Sans doute à travers ce choix, Choguel évite tout acte de nature à vexer ou frustrer davantage les membres de l’ex majorité présidentielle qui lui oppose actuellement en grand nombre leur refus de participer aux assises nationales de la refondation.
Toutefois, Choguel Kokalla Maïga s’est montré intransigeant sur la condition posée par certains responsables politiques pour participer aux assises nationales de la refondation. A savoir la question de l’organe unique de gestion des élections.
Selon Choguel, il n’y a pas de concessions à faire sur la mise en place de l’organe unique. « Ce qu’ils veulent n’est pas possible. Et je préfère le dire clairement. Ils veulent une concession sur la nécessité de mise en place de l’organe unique. C’est une demande qui date de vingt ans. Et cet organe unique fait partie des exigences du Peuple et des forces du changement. Il ne peut y avoir de concession sur la nécessité de faire des reformes ni dans la lutte contre impunité », a –t-il averti.
Choguel refuse d’aller aux élections avec les mêmes instruments qui ont occasionné les mouvements de 2018 pour retomber dans un autre coup d’Etat.
Toutefois, il ne s’avoue pas pour le moment vaincu quant à sa capacité de convaincre les partis politique rebelles à la tenue des assises nationales de la refondation. « Si c’est nécessaire, j’irai moi-même discuter avec les opposants pour les demander de venir avec leurs idées. Je n’envisage pas que des Maliens soient exclus dans ces assises. Ce n’est pas dans mon projet. Mais si quelqu’un décide de s’exclure, je ne peux rien contre cela ».
Concernant la réduction du train de vie de l’Etat, le Premier ministre a informé l’opinion nationale que les 2/3 des fonds spéciaux du Chef de l’Etat vont être utilisés pour la réalisation des œuvres sociales dont le constat crève les yeux sur le terrain.
Selon lui, il a pris le même engagement qu’il est d’ailleurs en train d’honorer aussi. « sauf que je n’utilise pas le même canal de communication pour ne pas donner l’impression de concurrencer le président de la transition.
Globalement, le Premier ministre dit avoir déjà économisé environ plus de 100 milliards de F CFA en réduisant le train de vie de l’Etat.
Selon le Premier ministre, ce montant va être utilisé entre 60 à 70% pour conforter l’armée notamment le budget d’acquisition d’aéronefs. Ce choix se justifie pour lui par la conviction qu’aussi longtemps que l’armée malienne n’a pas la suprématie dans les airs qu’il lui sera difficile de gagner la bataille contre les ennemis. « Le premier outil d’exercice de la souveraineté d’un Etat est ses forces armées et de sécurité. Celles-ci ont été trahies, désarticulées et désorganisées. Nous en payons le prix aujourd’hui », regrette le PM.
Selon lui, la mission qui est assignée au gouvernement dans le temps qui lui est imparti est de redonner confiance aux Maliens.
Choguel annonce que l’autre partie du montant économisé pour relever le niveau du plateau technique sanitaire, à l’appui du monde paysan, les œuvres sociales et aux infrastructures routières.
Youssouf Z KEITA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici