BICEPHALISME AU SEIN DU PRVM-FASOKO : La justice prononce un match nul entre Mamadou Oumar Sidibé et Samba Coulibaly

0
176

La bataille de positionnement au sein du Parti pour la Restauration des Valeurs du Mali (PRVM-FASOKO) opposant Mamadou Oumar Sidibé à Samba Coulibaly se termine pour l’instant à un match nul décidé par la justice malienne qui avait été saisie de l’affaire. En effet, le tribunal de Grande instance de la commune VI du District de Bamako, dans son audience du mercredi 4 août 2021, a décidé d’annuler les congrès tenus respectivement du 26 décembre 2020 et du 27 février 2021 qui ont proclamé les deux protagonistes présidents du même parti.
Si l’histoire politique du Mali retiendra le nom de Mamadou Oumar Sidibé comme étant le premier président fondateur de parti politique à voir son élection à la présidence du parti contestée, pendant longtemps les Maliens se souviendront aussi qu’il a perdu sa première bataille contre son concurrent devant la justice malienne. Il s’agit de Samba Coulibaly, membre aussi du PRVM-FASOKO. Contestant la légitimité du congrès organisé par Mamadou Oumar Sidibé qu’il a qualifié de violation des textes du parti, il avait également convoqué un autre le 27 février 2021, qui le plaça à la tête du même parti. Toute chose qui avait depuis près d’un an créé un climat de bicéphalisme au sein du parti du chameau blanc.
Après avoir tout tenté pour laver son honneur, le président fondateur Mamadou O Sidibé s’était résigné à jeter son dévolu sur la justice malienne. Mais cet espoir placé en la justice malienne a été aussi un cauchemar pour lui.
En effet, dans son audience du mercredi 4 août dernier, le tribunal de grande instance de la commune VI a tranché en rejetant la plainte introduite par Mamadou Oumar Sidibé contre Samba Coulibaly et son camp. Pire, le même verdict a également décidé du rejet des sanctions disciplinaires qu’il avait infligé à ses détracteurs évoquant un non-respect des textes du parti.
Par ailleurs, les juges ont également annulé les congrès tenus respectivement du 26 décembre 2020 et du 27 février 2021.
En conclusion, cette décision de justice remet les compteurs à zéro pour les deux personnes et contraint les parties belligérantes de tout recommencer à zéro.
Youssouf Z

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici