Boubou Cissé : « Je ne suis associé à aucun projet de déstabilisation des institutions de mon pays »

0
125

Longtemps muré dans un silence total depuis sa sortie d’une résidence surveillée à Kati, le nom de l’ancien premier ministre, Boubou Cissé, est associé aujourd’hui à un présumé projet de déstabilisation de la transition. Il dénonce une tentative de jeter un discrédit sur sa personne et nie son implication.

Depuis le lundi dernier, les rumeurs d’un éventuel projet de déstabilisation des institutions de la transition font le buzz sur les réseaux. Un article largement partagé sur les réseaux sociaux et signé par les sigles ‘’ BAD’’, donne des détails sur l’identité des présumés personnes impliquées dans ce projet de déstabilisation de la transition.

Le nom de l’ancien premier ministre Boubou Cissé et certains proches déjà arrêtés par la sécurité d’Etat sont cités. Ces accusations ont suscité une réaction du dernier premier ministre de l’ère IBK dans une communiqué datant du 22 décembre 2020, « mon nom est associé à travers les réseaux sociaux à un projet de déstabilisation de la transition dont certains présumés auteurs ont fait l’objet de mesures d’arrestation par les services de la sécurité d’État. »

Face à ces accusation qu’il qualifie tentative odieuse à jeter le discrédit sur sa personne et l’idéal politique qu’il est supposé incarner, Dr Boubou Cissé déclare : « je ne suis ni directement ni indirectement, de quelque manière que ce soit, associé à aucun projet de déstabilisation des institutions de mon pays et, je défie quiconque d’en rapporter la preuve contraire. »

En rejetant ces accusations, l’ancien premier met en avant son sens élevé de l’État qu’il dit avoir tiré du privilège inestimable de l’exercice des hautes fonctions de l’État qu’il a occupé récemment. « Mon engagement patriotique et le respect religieux qui m’inspirent les institutions démocratiques et Républicaines de mon pays, m’interdisent de participer à un complot quelconque contre le Mali », ajoute Boubou Cissé, qui assure les autorités de la transition et le peuple malien de sa loyauté et de sa disponibilité à toujours servir les intérêts du Mali.

Dans la nuit du lundi au mardi dernier, les services secrets maliens ont procédé à l’interpellation de quatre personnes à savoir le directeur général du Pari mutuel du Mali, le directeur de l’AGEFAU, un agent du trésor et un animateur de la radio Renouveau FM, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath. Ces personnes réputées proches de l’ancien premier ministre seraient impliquées dans un éventuel projet de déstabilisation des institutions du pays. Les autorités de la transition ne se prononcent pour le moment sur les motivations de leurs interpellations.
Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici