Diplomatie malienne : Le style Diop !

0
33

Pour préserver et renforcer les liens de coopération internationale puis rassurer les partenaires du Mali par rapport à la vision des nouvelles Autorités de la transition, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop, multiplie les missions auprès des Institutions internationales, des Représentations et organismes diplomatiques et consulaires. A travers des actes responsables qu’il pose tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, Diop, dans un style novateur imprime une nouvelle marque à la Diplomatie malienne. Sur fond d’efficacité, de discrétion et de fermeté, la politique extérieure de notre pays prône une rupture audacieuse avec l’ancien système d’IBK.

Certes, le Mali est aujourd’hui sous un Régime exceptionnel ; mais, vu la vision prônée au cours de ces derniers mois, au plan au plan diplomatique, force est de constater que le Gouvernement malien ne ménage aucun effort pour non seulement assurer le retour de la paix et de la sécurité au plan interne puis travailler à la mise en œuvre de la feuille de route définie sous l’égide de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) mais également et surtout pour persuader l’ensemble de la Communauté internationale sur les principes qui sous tend  sa Politique extérieure.

En termes d’actions devant concourir au retour du Mali au concert des Nations, le Chef du Département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, fonde la Diplomatie malienne sur trois Axes prioritaires : l’efficacité, la discrétion et la fermeté !

Sur tous les fronts

En effet, disons l’efficacité en ce sens que le Gouvernement mise actuellement sur l’atténuation des effets éprouvants des sanctions imposées au Mali par la Communauté internationale suite à la déposition du premier Président de la transition militaire en cours, Bah N’Daw, et de son Premier Ministre, Moctar Ouane.

C’est dans ce cadre que le Mali a sollicité obtenu le maintien de l’accompagnement de Washington face aux défis majeurs auxquels il est confronté au plan, à la fois, sécuritaire, économique et politique et dans le cadre du processus électoral.

Auprès des Autorités américaines, le Chef de la Diplomatie malienne a plaidé pour le déblocage de la licence d’exportation de l’appareil de transport aérien, CASA C-295, spécialisé dans l’acheminement des personnes et logistiques.

C’est dans ce cadre que se situent, au cours de ces six derniers mois, d’intenses balais diplomatiques au palais de Koulouba à l’actif des émissaires des Nations Unies, de la CEDEAO, de l’Union Africaine, de la MINUSMA et des Chefs des missions diplomatiques et consulaires étrangers accrédités dans notre pays.

En outre, le Ministre Diop multiplie des rencontres de concertations et échanges en directs ou par vidéoconférences à l’intention des Ambassades et Consulats du Mali à l’Extérieur.  C’est pour rendre la Diplomatie malienne plus présente et plus offensive sur la scène internationale.

Dans la même dynamique, le Premier Ministre a livré, le 25 septembre dernier, lors de 76e Assemblée Générale des Nations Unies, un discours très apprécié par nos concitoyens mais jugé inacceptable par l’Hexagone. Et c’est depuis que les liens diplomatiques franco-maliens ne semblent pas au beau fixe. Allocution à la faveur de laquelle le Mali a réitéré avec succès sa demande d’accompagnement et de soutien technique, matériel et financier des pays amis pour la réussite de la transition en cours. Cela, malgré tout le tollé que certains passages ont soulevé auprès de certains partenaires traditionnels occidentaux comme la France, l’Union Européenne et/ou la CEDEAO qui estimeraient que la Souveraineté nationale du Mali se résumerait à la coopération acquise à leur seule cause.

Sur le même élan, le 9 septembre 2021, le Chef du Gouvernement s’est entretenu avec une forte Délégation du Corps diplomatique et consulaire accrédité au Mali.

A cette occasion, le Chef du Gouvernement a informé les Diplomates de l’adoption du Plan d’Actions Gouvernemental (PAG), qui est « structuré autour de Quatre Axes prioritaires qui se veulent d’une réponse urgente, courageuse et cohérente aux défis économique, sécuritaire, politique, social et institutionnel qui affectent le Mali et menacent son existence et minent sa cohésion.

À ses hôtes, Choguel Kokalla Maïga a annoncé la tenue prochaine des Assises Nationales pour la Refondation de l’Etat et de la Nation qui détermineront, sur la base d’un véritable consensus, le chronogramme détaillé devant conduire aux élections générales tant attendues.

Conformément à la nouvelle vision de la Diplomatie malienne, le PM Choguel a rendu un hommage appuyé à la Communauté régionale, africaine et internationale venue au chevet du Mali. Ce qui témoigne, selon ses propres termes, d’une « coopération internationale active et solidaire ». Rencontre à l’issue de laquelle le Chef du Gouvernement a pu recueillir des suggestions et propositions de la part des Diplomates sur la réussite de la transition.

Tenue en présence de plusieurs membres du Gouvernement, la réunion traduit la volonté du Gouvernement de consolider et renforcer les liens d’amitié et de coopération avec nos partenaires étrangers. L’occasion a été mise à profit pour le Premier Ministre de rassurer les Diplomates sur l’engagement de son équipe à travailler sur les fronts sécuritaire, sociopolitique et de lutte contre la corruption et l’impunité.

De son côté, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, multiplie les missions auprès des Institutions internationales, des Représentations et organismes diplomatiques et consulaires accrédités au Mali et à l’Extérieur du pays. Ce qui a permis à la Diplomatie malienne de redevenir plus offensive. Ses récents missions et longs séjours à travers la Sous-région, le continent africain et à l’étranger en sont une preuve concrète et stratégiquement bénéfique pour ce pays en profonde crise.

La discrétion gage de succès

Assurément, au plan diplomatique, la stratégie la plus vertueuse repose sur la discrétion et sur le respect des principes de souveraineté consistant à savoir agir à temps réel à anticiper à travers des mesures responsables. Cela, sans tambour ni trompette.

C’est dans cette optique qu’a été rétabli l’élan de coopération avec la Russie. Puis, il y a eu l’achat de 4 hélicoptères de combat avec un lot important d’armements et de munitions offerts gracieusement et discrètement par Moscou à notre pays. Récemment, des Otages chinois dans notre pays ont pu être libérés à l’issue des négociations et une diplomatie discrètement menée.

Une diplomatie pour le respect du Mali

Le tout s’opère dans l’art de la Diplomatie requis et dans un esprit de fermeté absolue et de rigueur. C’est ce qu’atteste le rappel à la raison certains Partenaires et Diplomates accrédités dans notre pays.

Forts de cette conviction, ni le Premier Ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, ni le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop, n’ont hésité d’affirmer haut et fort la Souveraineté du Mali à chaque fois qu’il est question de préserver les valeurs ancestrales et de l’intégrité territoriale du Mali.

C’est ainsi que face à l’ancien Président nigérian, Goodluck Jonathan, le Médiateur attitré de la CEDEAO dans la crise malienne, les Autorités de la transition ont toujours tenu un langage de vérité dans la courtoisie la plus absolue et franchise.

Ainsi, le 26 octobre dernier, le Représentant spécial de la CEDEAO a été expulsé du Mali. Il lui a été reproché ses ingérences dans les affaires intérieures du pays. Une décision qui est un cinglant avertissement  pour tous ceux qui pensent que le Mali est sous leur diktat.

C’est dans cette logique que, le 5 octobre dernier, l’Ambassadeur de la France a été convoqué au Ministère des Affaires Etrangères de Bamako pour des explications suite aux sorties médiatiques d’Emanuel Macron contre le Mali qu’il y a eu cette convocation de l’Ambassadeur de France au Mali par le Chef de la Diplomatie malienne.

Si avant, ce sont le Mali qui subissait des sanctions indument, désormais, grâce à la rupture avec l’ancien système, c’est la Diplomatie malienne qui agit avec fermeté et courage de s’assumer souverainement. Sous la direction d’Abdoulaye Diop, la Diplomatie malienne se montre de plus en plus déterminée à défendre et à affirmer la souveraineté et l’Indépendance du Mali en tout et en toute circonstance.

Djankourou

SourceL’Aube

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici