Dissolution de l’AEEM : Une urgence impérative

0
212

Face drame qui s’est produit hier lundi 12 octobre à la colline du savoir qui a aboutit au décès d’un étudiant dans la matinée du mardi13 octobre, de la dissolution pure et simple de l’association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) est devenue une urgence impérative pour les nouvelles autorités du pays.

Acteur du mouvement démocratique, l’AEEM a été crée le 27 octobre 1990 sous la houlette d’ Oumar Mariko et Kassoum Barry avec comme vision de promouvoir la culture de l’excellence et rendre l’école malienne plus compétitive. Cet outil conçu aussi pour défendre la cause des étudiants, est devenu aujourd’hui une véritable épine aux pieds des plus hautes autorités, pire, une menace pour la stabilité du pays. Cela dues aux violences meurtrières et des scènes tragiques, devenue une routine quand il s’agit du renouvellement des comités des différents facultés.

En effet, la journée d’hier a été le théâtre d’un affrontement sanglant par des étudiants de l’Institut universitaire (IUG) de gestion ainsi qu’à la faculté des sciences techniques (FAST qui a enregistré au moins cinq blessés dont un étudiant a succombé à ses blessures ce matin selon des sources crédibles.  Ce chienlit qui s’est installé à la colline de Badalabougou par les comités AEEM dégage une mauvaise image de l’’’eclocve malienne jadis l’un des meilleurs de la sous-région. Si les régimes procédant ont été incapable de mettre fin à ces violences meurtrières, il urge maintenant aux nouvelles autorités de s’affirmer et s’assumer pour dissoudre les comités AEEM pour que notre éducation puisse retrouver sa grandeur d’antan et également sa place de compétitivité en Afrique.

Hawa Kenièba Sissoko

malipost

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici