Elections générales de 2022 : « Le calendrier est en discussion », dixit le chef de l’Etat, Bah N’Daw

0
198

«Notre armée, dont la montée en puissance se poursuit, est prête pour accompagner le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire. Elle sera là pour assurer la sécurité des élections générales dont le calendrier est en discussion. L’essence de la Transition réside dans la préparation et la tenue d’élections incontestablement propres, où un vainqueur accepté et congratulé conduira les destinées du pays, renouant avec le projet démocratique pour notre honneur à tous, pour notre bonheur à tous. Des élections tenues à date, des élections méthodiquement organisées, des élections préparées de manière transparente et inclusive», c’est ce qu’à déclaré le 31 décembre 2020, le président de la transition, Bah N’Daw, lors de son discours à la nation à l’occasion du nouvel an 2021.

Dans son discours, le chef de l’Etat, Bah N’Daw, a mis l’accent sur les crises qui secouent le Mali depuis plus d’une décennie. « Nous devons travailler à renforcer l’ancrage de notre démocratie par la consolidation de l’armée républicaine et l’instauration d’une gouvernance vertueuse, une gouvernance qui ne saurait avoir qu’un seul objectif : le Mali, rien que le Mali, tout le Mali, le Mali partout, le Mali à tout moment », a-t-il dit. Avant de lancer un appel à la mobilisation générale pour vaincre la pandémie du coronavirus au Mali. « Cet appel, je le lance solennellement aux autorités religieuses, imams, prêcheurs, pasteurs, prêtres. Je le lance aux autorités morales, administratives et leaders d’opinion. Je sais le pouvoir de persuasion de chacune de ces parties prenantes : imams, prêtres et pasteurs, faites que sur les lieux de culte, chaque fidèle porte le masque facial et respecte les mesures-barrières ! », a-t-il dit. Au-delà des mesures préventives destinées à rompre la chaîne de contamination, il a rassuré que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour prodiguer des soins de qualité standard. « Je puis vous assurer que les diligences appropriées ont été entreprises en vue de l’acquisition des vaccins. La santé et la vie des Maliens n’ont pas de prix », a-t-il dit. Par ailleurs, le président de la transition, Bah N’Daw, a fait savoir que des mesures sécuritaires et militaires sont à l’œuvre. « L’armée est au front. Elle se bat. Elle est consciente des responsabilités qui pèsent sur ses épaules. Elle remporte des victoires. Elle participe à toutes les opérations conjointes avec ses alliés. L’ennemi perd du terrain. Mais la lutte contre le terrorisme, c’est connu, est une lutte de longue haleine. Elle ne se gagne ni en un jour ni en une année. Les Famas et leurs alliés tiendront le temps qu’il faut. Mais cette guerre, ils la gagneront. Pour ce faire, nous attachons un grand prix à l’édification d’une armée disciplinée, républicaine, respectueuse de la vie humaine et des droits humains », a déclaré Bah N’Daw. A l’en croire, aucune violation des droits de l’Homme par les soldats ne sera tolérée ; les récentes actions judiciaires enclenchées devant la justice militaire, dit-il, l’attestent à suffisance. « Notre armée, dont la montée en puissance se poursuit, est prête pour accompagner le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire. Elle sera là pour assurer la sécurité des élections générales dont le calendrier est en discussion. L’essence de la Transition réside dans la préparation et la tenue d’élections incontestablement propres, où un vainqueur accepté et congratulé conduira les destinées du pays, renouant avec le projet démocratique pour notre honneur à tous, pour notre bonheur à tous. Des élections tenues à date, des élections méthodiquement organisées, des élections préparées de manière transparente et inclusive ! Que personne ne s’y trompe ! Notre salut passe par ce projet démocratique qui vise à instaurer un Etat de droit, où tous les Maliens sont égaux », a souligné le président de la transition, Bah N’Daw. Selon lui, les partenaires ont exprimé leur disponibilité à accompagner la Transition pour que le Mali renoue avec sa démocratie. « Je suis l’ultime garant du processus électoral. Il m’appartient de veiller à ce que tous les acteurs soient invités à y participer et à y contribuer. Je le dis clairement : personne ne prendra le processus en otage, mais en retour, personne ne doit en être exclu », a-t-il dit. A ses dires, la bonne gouvernance, la lutte contre l’impunité et la corruption font partie des missions de la Transition. Quant à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, ajoute-t-il, il est impérieux qu’il connaisse sans tarder des progrès décisifs et mesurables. En outre, il a précisé que la mise en œuvre des recommandations du Dialogue National Inclusif également constitue un impératif. Aux dires de Bah N’Daw, le coût des revendications formulées par les syndicats s’élève à 1 488 milliards de FCFA.
Le Républicain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici