Élections présidentielles à venir : Des candidats atypiques au starting – block

0
202

C’est parti ! La course à Koulouba est bien lancée. Qu’on en juge: pas moins de trois candidats, et pas des moindres, s’y sont déjà lancés. Il s’agit d’aborder, et par ordre chronologique de la candidature du Dr Boubou Cissé, qui sera véritablement mise sur orbite le 4 avril prochain avec le lancement officiel du MOREMA (Mouvement pour la Refondation du Mali), piloté par Me Kassoum Tapo et des proches de l’ex – Premier Ministre. Il s’agira ensuite de celle du milliardaire Seydou Coulibaly, auquel un appel à candidature sera lancé le 10 avril à Mopti, et enfin celle de monsieur Abdoulaye Idrissa Maiga, autre ancien Premier Ministre de l’ancien Président IBK.
Ces trois personnalités ont à la vérité peu de choses, sauf le fait d’avoir été des proches d’entre les proches d’IBK et de cultiver chacun une grande discrétion dans leur vie privée.
On peut y ajouter également le fait que les trois semblent pressés de lancer les hostilités, contrairement aux politiques traditionnels, qui observent encore à propos du prochain scrutin présidentiel une prudente attitude d’expectative.
Des candidats atypiques mais ambitieux
Atypiques, ils le sont tous les trois. Prenons d’abord le cas de Boubou Cissé. Il n’a, pour ainsi dire, aucun ancrage et aucun parcours politique, avant d’être nommé aux fonctions enviées et prestigieuses de Ministre des Finances par l’ex – Président IBK, qui lui confiera plus tard les clés de la non moins prestigieuse primature, suite à la démission forcée de Soumeylou Boubeye Maiga. Il y gagnera une réputation de grand commis de l’Etat mais aussi d’homme lige d’IBK, ce qui pourrait éventuellement le désavantager. Sa position de candidat hors parti pourrait cependant constituer pour lui un atout précieux en un moment où les formations politiques classiques sont en nette perte de vitesse dans le pays. Tout aussi atypique, sinon plus, apparaît la candidature de l’ingénieur Seydou Coulibaly. Rien en effet ne semblait le prédisposer à une carrière politique. Opérateur économique bien installé dans les BTP, son choix de se lancer en politique et, qui plus est, afin de briguer la magistrature suprême, peut surprendre. On ignore encore sur quelles forces politiques, sociales ou religieuses, il pourra réellement compter. Mais en raison du poids économique que représente l’empire financier qu’il a bâti en seulement quelques décennies avec comme tête de proue Ciras – SA, ce serait une grave erreur de le croire battu d’avance lors des futures élections présidentielles.
Last but not the least, examinons de près le candidat quasi déclaré Abdoulaye Idrissa Maiga.
Il se présente certes sans le label du RPM dont il a été pendant de nombreuses années un militant actif, sérieux et influent. Quoi qu’il ne soit pas véritablement en odeur de sainteté au sein de la Direction de ce parti dont il a claqué la porte, Abdoulaye Idrissa Maiga est un candidat qui exercera une forte attraction sur les milliers d’électeurs qui rêvent pour le Mali d’une gouvernance vertueuse. Il peut se prévaloir en effet d’avoir été crédité d’une gestion propre et intègre aux différentes responsabilités publiques qu’il a eue à assumer. Il lui faudra faire preuve de plus d’empathie, paraître moins austère. Une bonne politique de communication, servie par un engagement personnel plus accentué dans l’arène politique pourraient devenir pour lui des armes redoutables dans le cadre d’une élection présidentielle.
Birama Fall

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici