FACE AUX SANCTIONS DE LA CEDEAO : Le Peuple se ligue derrière l’Etat et réaffirme son attachement à la souveraineté

0
134

Suite à l’appel d’unité et de rassemblement du  Président de la Transition, le peuple  malien  a fait une démonstration de force, le vendredi 14 janvier 2022, à travers tout le pays  pour dire non aux sanctions illégales et illégitimes de la CEDEAO.

De Kayes à Taoudenit en passant par Kita, Bougouni, Kadiolo, Yanfolila, Koutiala, Tombouctou, Gao  les Maliens ont démontré  hier  vendredi 14 janvier 2022, leur attachement à la patrie en soutenant la transition contre les sanctions infligées par la CEDEAO.

Habillé en treillis militaire, le Premier ministre  Dr. Choguel K. Maïga, était accompagné de plusieurs membres de son gouvernement, du Conseil national de Transition, des leaders de la société civile et des responsables politiques. On pouvait lire sur les pancartes brandies  par des manifestants des messages hostiles à la France et à la CEDEAO : « Non à la génocide de la France au Mali », « Non, à des sanctions injustifiées et illégales », « La France manipule contre le Mali », « Non aux sanctions de la CEDEAO pour un Mali libre ». D’autres scandaient aussi : « A bas la France », « Nous voulons une transition de 5 ans », « Libérez le Mali ». « Je suis là pour  dire non à la  CEDEAO. Les sanctions prises contre  le Mali , qui est membre de la CEDEAO, sont injustes. C’est pas une décision responsable  », a indiqué  Ousmane Keïta, un jeune manifestant.

Plusieurs responsables politiques et membres se sont relayes aux pupitres pour livrer leur message. Le ministre porte-parole du Gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, a rappelé que l’objectif des autorités de la Transition de sécuriser le Mali avant la tenue des élections.  « L’objectif de Assimi est le retour à l’ordre constitutionnel. Il ne peut se faire sans un niveau de sécurité permettant au peuple d’aller voter », a affirmé le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement. Partant, il a noté que les forces armées maliennes sont entrain de réaliser des exploits sur le terrain à travers la neutralisation de plusieurs terroristes.

Le Ministre de la Réfondation Pr. Ibrahim Ikassa Maïga, pense que dans le contexte actuel marqué par l’insécurité  et les reformes en cours, le Mali n’est plus en Transition mais dans un mandat de la refondation.  C’est le même son de cloche chez Jeanmille Bittar, membre du  Mouvement Rassemblement des Forces Patriotiques ( M5- RFP)  « Nous soutenons la décision de la transition. Ce n’est pas une transition ordinaire mais celle de la refondation », a aussi déclaré Jeamille Bittar, responsable du M5-RFP.

Pour Adama Diarra dit Ben Le Cerveau, le Mali est le nouveau point de depart de la liberation de l’Afrique de l’Ouest sous le joug colonial.  « Assimi Goita est le libérateur. Ce 14 janvier s’inscrira dans l’histoire du Mali. C’est la première fois qu’il y a une telle mobilisation pour soutenir un président de la République. C’est le destin de l’Afrique qui se joue au Mali. C’est le début de la fin de France-Afrique. Les Maliens sont mobilisés aussi  pour de demander à la France de dégager de leur territoire », a déclaré Ben le Cerveau.

Prenant la parole, le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a,  dans un discours nationaliste, dénoncé l’attitude des  Chefs d’Etat de la CEDEAO et celui de la France soupçonné d’être  la main invisible qui est derrière les mesures contre le Mali. La stratégie, affirme le Premier ministre, consistait à révolter le peuple contre le pouvoir en place.  «  Le Monde entier voit où se trouve la légitimé populaire. Dans une certaine mesure, c’est le destin de l’Afrique qui se joue au Mali. C’est pourquoi le peuple africain soutient le Mali. Le peuple du monde soutien le peuple malien», a déclaré Choguel Maïga.

A l’en croire, les chefs d’Etat ont fait une mauvaise lecture sur le Mali en ne prenant  pas en compte de l’histoire de ce peuple. « Qu’on comprenne qu’il ne faut pas se tromper de peuple, d’interlocuteur, d’époque. Il n’y a des choses qui ne peuvent jamais se passer au Mali. Ceux, qui sont pouvoir, sont les descendants de ceux qui ont mené la résistance contre l’impérialisme », a-t-il rappelé.

Ce fut l’occasion pour le chef de gouvernement de remercier les Maliens de leur soutien à la transition mais surtout la Guinée et l’Algérie pour leur engagement à nos côtés. Il a également remercié nos partenaires militaires comme la Chine et la Russie pour avoir opposé leur véto lors du dernier sommet de l’ONU sur la situation dans notre pays.

Il a aussi rassuré le peuple Malien  que le plan de riposte pour la sauvegarde de la souveraineté a déjà été adopté et a demandé aux Maliens d’être rassurés. Il a félicité notre vaillante armée qui ne cesse de faire des exploits ces derniers temps des exploits sur le terrain. Il a enfin demandé aux Maliens de faire entièrement confiance en cette transition qui relèvera le Maliba souffrant.

Rappelons que les Chefs d’Etat de la Communauaté des Etats de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO) se sont réunis, le 09 janvier 2022, à Accra et les mesures ci-après ont été prises : Le rappel des ambassadeurs, le gel des avoirs de l’Etat, la fermeture des frontières avec le Mali, la suspension des aides de l’organisation sont des mesures imposées au Mali lors du sommet extraordinaire CEDEAO-UEMOA tenu le dimanche le 9 janvier 2022 à Accra.

La rédaction/ Malipost. Net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici