FPJM sur la désapprobation de l’accord : “L’Accord d’Alger n’est ni un Coran ni la Bible donc on pourra donc le relire’’

0
194

Face aux multiples maux qui assaillent le Mali, en patriotes et citoyens maliens, le Front populaire des jeunes du Mali, ont rompu le silence. A travers une conférence de presse, le Front populaire s’est prononcé sur les différents sujets qui animent l’actualité de notre pays.
“On ne peut pas rester muet sans faire face à ce qui se passe au Mali actuellement’’, a fait savoir le président exécutif du Front populaire des jeunes du Mali (FPJM), Cheick Sadébou Fofana, un opérateur économique en présence du président d’Honneur du FPJM, Mahamadou Diawara.
Au cours de cette conférence de presse, les leaders de ce front se sont largement prononcés au sujet de l’insécurité, l’emploi des jeunes, la cherté de la vie, l’accord pour la réconciliation et la paix d’Alger, la mise en place d’un organe unique pour la gestion des élections.
Parlant de l’insécurité, le président exécutif a fait savoir qu’elle a “provoqué des déplacements des populations, des rébellions ; ce qui implique qu’il faut arrêter cette hémorragie’’.
“La seule façon de mettre fin à ce conflit armé à répétition, c’est de préparer une bonne guerre afin de construire une sécurité et une paix durable’’, a-t-il conseillé.
Le FPJM a également lancé un appel aux partenaires pour venir en aide au Mali mais dit non aux “ingérences et au marchandage’’.
“L’Accord d’Alger n’est ni un Coran ni la Bible donc on pourra donc le relire sinon le recréer tout simplement, car il ne fait pas l’unanimité de tous les maliens’’, ont-il martelé. En citant l’exemple des Accords dans le conflit ivoirien et celui de la Palestine. “Nous avons vu en Côte d’Ivoire, lors du conflit ivoirien, il y a eu des Accords d’Accra 1, 2 et 3 ; les accords de Pretoria, les accords de Markoussi, et finalement, ils ont trouvé des solutions avec les Accords de Ouaga et pourquoi pas au Mali. Dans le golfe dans le conflit palestinien, il y a eu des accords et des résolutions sans issu’’.
Pour la cherté de la vie, les autorités doivent s’assumer en prenant leur responsabilité pour assurer la commande et veiller sur les prix. Ce qui est à déplorer, c’est que les produits locaux sont aussi chers : le lait, le sucre, le petit mil, le riz. Il faudra donc subventionner les prix.
Le FPJM demande la dissolution du “CNT parce que cet organe a été mis en place sans consultation ni sur une base donné.’’
Pour le front populaire, le moyen le plus sûr et efficace pour lutter contre le terrorisme et le djihadisme est l’emploi des jeunes. Lorsque la jeunesse n’a pas d’emploi, elle est vulnérable et tentée de par le banditisme et trafic, le viol,… . Pour eux, la lutte contre le chômage ne doit pas être un discours mais des actions de partenariats. Investir dans l’autonomisation des personnes vulnérables.
Ils ont dénoncé la fantaisie qui couronne les nominations au mali. “Ce qui se passe au Mali n’est pas normal. On n’a pas besoin de 30 ministères ni de ministres délégués. Il faut que les autorités cessent de prendre des gens par sympathie’’, a affirmé le président exécutif.
K. K

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici