Front social : L’UNTM dépose un préavis de grève aujourd’hui

0
145

Le projet de préavis de grève de l’UNTM était déjà prêt la semaine dernière, mais c’est ce lundi matin, 25 avril 2021 qu’il sera déposé auprès du gouvernement. La centrale syndicale des travailleurs du Mali donne seulement 5 jours au gouvernement pour statuer sur le préavis. Trois grosses entités sont partantes pour cette grève dont le Syndicat national des administrateurs civils et le Syndicat des greffiers et des secrétaires de greffe.
C’est un nouveau duel en vue entre le gouvernement et l’UNTM dont des responsables estiment que les autorités ne sont pas de bonne foi. Le bureau de la centrale syndicale a déjà décidé de déposer le préavis de grève. Le bureau a décidé d’informer par lettre circulaire les structures régionales. Au niveau de la santé, il n’y a pas d’entente. Il y a aussi le Syndicat autonome des greffiers et secrétaires de greffe et parquet.
Il est reproché au gouvernement de n’avoir pas honoré ses engagements. Prévus pour fin mars, rien n’a été fait dans l’application des accords signés.
Le front social en ébullition. Le gouvernement a déjà procédé à une augmentation de salaire pour les magistrats, alors que cette faveur salariale n’était pas entrée en vigueur sous IBK,Quant aux enseignants, ils ont eu droit à l’application de l’article 39 qui a permis une amélioration de leur salaire. Par contre, l’UNTM n’a rien eu malgré la signature du protocole d’entente. Les partants volontaires à la retraite n’ont pas reçu leur dû alors que le gouvernement avait promis d’agir rapidement dans ce sens.
Les travailleurs compressés comme ceux de l’HUICOMA continuent de souffrir dans la pauvreté tandis qu’on leur avait promis un début de solution à leur souffrance. La commission censée travailler à l’identification des victimes n’a toujours pas été mise au travail conformément au contenu du protocole d’accord. L’alignement des grilles salariales est aussi loin d’être une réalité, bien que cela doive gommer les disparités actuelles de salaires entre les fonctionnaires de la même catégorie.
Le gouvernement est aussi accusé au sujet du renouvellement du Conseil économique, social et culturel. Tout est fin prêt pour permettre la mise en place d’un nouveau bureau du conseil. Le président de la transition, Bah Ndaw, le président du CNSP, Assimi Goita, et le Premier ministre, Moctar Ouane, sont dans la logique de ne pas renouveler le bureau de l’institution. La liste des membres de l’UNTM devant siéger au sein du conseil est disponible depuis plusieurs mois, mais le gouvernement n’a rien fait pour mettre en place le nouveau bureau.
Ismael Diarra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici