Infrastructures routières : Le ministre Dabo insiste sur le respect strict de la loi !

0
182

Les visites inopinées sont devenues la marque déposée du ministre des Transports et des Infrastructures. En effet, pour éviter de se faire raconter certains faits, Makan Fily Dabo préfère descendre sur le terrain. C’était le cas encore une fois ce jeudi matin, à Sébénikoro et aux postes de péage dans la commune du Mandé. Après des constats, le ministre Dabo a appelé les usagers au respect des dispositions légales et règlementaires en la matière.

« Les textes sont faits pour être appliqués ». C’est en ces termes que le ministre des Transports et des Infrastructures s’est adressé aux agents du poste de péage de Farabana. Au cours d’une visite inopinée effectuée ce jeudi 3 février, Makan Fily Dabo a voulu constater par lui-même les conditions de travail des agents collecteurs des droits de passage au niveau des postes de péage dans la commune du Mandé. Aussi, en a-t-il profité pour visiter le chantier de la rénovation du poste de péage de Farabana, saccagé quelques jours plus tôt par des hors-la-loi. Des malfrats que le commandant de la gendarmerie de la localité annonce être hors d’état de nuire, au grand soulagement du visiteur du jour.
Sur place, le ministre DABO, qui a surpris même ses collaborateurs les plus proches par la promptitude de cette visite, a exprimé sa satisfaction non seulement quant aux conditions de travail des agents, mais aussi en raison de l’effectivité du poste de péage de Farabana, dont il annonce l’ouverture dès le lundi prochain.

Il a expliqué que le paiement de ces droits découle d’un arrêté interministériel datant de 2008. Ces textes, ajoute le chef du département des Transports, ne sont pas susceptibles d’interprétation.
Le ministre Dabo a souligné qu’au-delà du Mali, les droits de passage sont perçus dans tous les pays de la sous-région et même partout dans le monde. Et, le Mali, a-t-il indiqué, ne peut pas faire exception à cette règle. Makan Fily Dabo a aussi rappelé que son département a privilégié la sensibilisation. D’où les reports successifs de la date d’entrée en vigueur de la mesure. En bon pédagogue, il a appelé ceux-là qui se braquent contre la perception de ces droits à plus de retenue, de mesure et de responsabilité. Car, a-t-il indiqué, « tout le monde veut des bonnes routes, tout en oubliant que la construction et l’entretien de ces infrastructures ont un coût. »

Par ailleurs, le ministre Dabo, avant d’arriver dans la commune du Mandé, a pu être témoin oculaire du calvaire que vivent quotidiennement les résidents de Sébénikoro : des bouchons infernaux, des fils de trois à quatre rangées de véhicules sur une route aménagée en deux fois deux voies, etc. Makan Fily Dabo a ainsi instruit aux agents de la Compagnie de la circulation routière (CCR) de la police, en poste au Rond-point du pont ‘’Woyowayanko’’, d’être stricts quant au respect du Code de la route.
La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici