Le PM Choguel K. Maïga lors de sa rencontre avec la classe politique : «A la fin des élections, à défaut de n’avoir aucune contestation, au moins, que les contestations n’aillent pas plus loin…»

0
116

Hier, jeudi 8 juillet 2021, le Premier ministre Dr. Choguel Kokalla Maïga, Chef du gouvernement, a rencontré la classe politique malienne au Centre international de conférence de Bamako (CICB).

Au cours de cette rencontre, le Premier ministre a mis l’accent sur les reformes politiques et institutionnelles, la mise en place de l’organe unique de gestion des élections, le front social et sur bien d’autres sujets. «C’est à nous, la classe politique, le gouvernement, les forces vives, de déterminer la parfaite autorité que chacun doit exercer avec comme objectif qu’à la fin des élections, à défaut de n’avoir aucune contestation, au moins, que les contestations n’aillent pas plus loin que les contestations habituelles », a souligné Choguel K. Maïga. Par ailleurs, il a signalé qu’il présentera la déclaration de politique générale (DPG) en fin juillet 2021 devant le Conseil national de transition (CNT).

Outre le Premier et certains membres du gouvernement, plusieurs responsables politiques ont pris part à cette rencontre, dont Modibo Sidibé de FARE Anka Wuli, Tiémoko Sangaré de l’Adema PASJ, Tiébilé Dramé du PARENA, Boubacar Touré du RPM, Younouss Hameye Dicko du RDS, Daouda Touré de l’URD, Niankoro Yeah Samaké de PACP, Jeamille Bittar et Souleymane Koné du M5-RFP (Mouvement du 5 juin –Rassemblement des forces patriotiques). D’entrée de jeu, le Premier ministre a souhaité un nouveau départ à travers cette rencontre. Avant d’évoquer des sujets comme les reformes politiques et institutionnelles, la mise en place de l’organe unique de gestion des élections, le front social. « Un atelier s’est tenu récemment à l’issu duquel une bonne partie de la classe politique a reconnu la nécessité de l’organe unique de gestion des élections, mais s’est posé la question : Est-ce que si on va vers un organe unique, on pourra tenir les échéances. La décision que le gouvernement voudrait partager avec vous en espérant avoir l’adhésion massive de la classe politique, c’est de nous donner la main et serrer les coudes, franchir cette étape », a souhaité le chef du gouvernement. Selon lui, la réussite de la transition passe par l’amélioration des conditions sécuritaires au Mali, les réformes nécessaires et la tenue des élections crédibles. « C’est à nous, la classe politique, le gouvernement, les forces vives, de déterminer la parfaite autorité que chacun doit exercer avec comme objectif qu’à la fin des élections, à défaut de n’avoir aucune contestation, au moins, que les contestations n’aillent pas plus loin que les contestations habituelles », a-t-il dit. Selon le Premier ministre, la proposition du PARENA (Parti pour la renaissance nationale), par rapport à la création de l’organe unique de gestion des élections et d’autres propositions méritent d’être examinées. « Aujourd’hui, toute la classe politique a son mot à dire, parce que nous voulons partir sur des nouvelles bases », a déclaré le Premier ministre. Par ailleurs, il a signalé qu’il présentera la déclaration de politique générale (DPG) en fin juillet 2021 devant le Conseil national de transition (CNT).

Aguibou Sogodogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici