MALI : 30 OSC en renforcement de capacités sur l’avant-projet de loi sur les VBG

0
96

Le Mémorial Modibo Keïta abrite du 19 au 22 avril 2022, un atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile  sur l’avant-projet de loi sur les violences basées sur le genre. Ledit atelier qui réunit 30 représentants des organisations de la société civile malienne  est organisé par le consortium CapdH et Mussonnet sur Financement du Programme Voice.

Dans la dynamique d’outiller les organisations de la société civile malienne pour un plaidoyer plus efficace en faveur de l’adoption de la loi sur les violences basées sur le genre, le Consortium Capdh, Musonnet  tient depuis le 19 avril 2022, un atelier de renforcement des capacités  à l’intention de 30   organisations de la société civile malienne sur l’avant-projet de loi  sur les violences basées sur le genre.

A l’ouverture, la Coordinatrice Nationale du Programme Voice Mme Diarra Korotimi Dakouo, a salué la tenue de cet atelier qui vient à point nommé. Pour elle, les violences basées sur le genre gangrènent la société malienne. «  Malgré les efforts fournis, le résultat n’est pas à hauteur de souhait. Il n’ya pas une loi en la matière et tous nos effort sont orientés vers l’adoption d’une loi sur les violences basées sur le genre », a-t-elle affirmé, précisant par ailleurs que Voice Programme appui le consortium Capdh et Mussonet. « Je suis venu soutenir l’équipe. La représentativité était au rendez-vous. Les gens ont l’engouement », s’est elle réjoui.

Campant le decor, Kalifa Sangaré, chargé de projet au Centre d’Assistance et de Promotion des droits Humains ( Capdh)  a expliqué que cet atelier vise à fédérer   trente (30) organisations de la société civile malienne afin qu’ elles puissent se donner la main et faire de l’avant-projet de loi sur les violences basées sur le genre   une réalité en le figurant parmi les instruments juridique nationaux du Mali . Cette initiative, ajoutera-t-il, fait suite à des constats  qui relèvent  qu’il n’existe pas en République du Mali  un instrument juridique de protection des droits des femmes.

Pour le chargé de projet, les violences basées sur le genre sont des problèmes d’envergure internationale qui remet en cause le droit international des droits de l’Homme et les principes d’égalités des sexes.  «  Nous avons constaté   au Mali  qu’il y a un déficit de communication au tour de l’avant-projet sur les violences basées sur le genre.  Nous allons démarcher tous les acteurs  et leur expliquer clairement tout en enlevant les parties qui fâchent avec l’idée d’avoir un cadre juridique qui encadre les droits humains au Mali », a-t-il déclaré,

Mama Koïté, Présidente du Musonnet, pense que cet atelier est une opportunité pour identifier  les problèmes auquel ce projet de loi a été confronté et voir dans quelle mesure  y trouver des solutions. «  Nous allons aussi identifier les personnes influentes et les institutions les plus influentes qui peuvent nous aider »,

Partant, elle a rappelé que les femmes sont confrontées à pas mal de violence dans notre société qui ne peuvent continuer. «  Nous allons mettre en place à l’issue de cet atelier une coalition  qui va travailler pendant deux ans avec le soutien dur Programme Voice qui nous accompagnera afin qu’on puisse sortir cet instrument qui fera honneur au Mali. Car, le Mali est un Etat de droit et dans un Etat de droit, on ne peut pas commettre des violences, des crimes et qui restent impunis », a-t-elle soutenu.

A noter que l’atelier sera sanctionné par la mise en place d’un réseau de plaidoyer, la validation de la charte  et la mise en place du comité stratégique de la coalition.

B. SIDIBE/ Malipost.Net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici