MALI: Discours du Président de la Transition à l’ouverture des Assises Nationales de la Réfondation de l’Etat

0
149

Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement:

Monsieur le Président du Conscil National de Transition ;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement :

Messieurs les Président des Institutions de la République ;

Mesdames et Messieurs les Membres du CNT, Conseillers nationaux,

Chefs des circonscriptions administratives et autorités des collectivités territoriales ;

Monsieur le Gouverneur du District de Bamako ;

Monsieur le Maire du District de Bamako ;

Madame le Maire de la Commune lII ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des missions diplomatiques,

Autorités morales, religieuses et coutumières ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations de la société civile :

Monsieur le Président du Panel des Hautes Personnalités des Assises nationales de la Refondation :

Mesdames et Messieurs les membres du Panel des Hautes Personnalités des Assises nationales de la Refondation:

Monsieur le Président de la Commission nationale d’Organisation des Assises Nationales de la Refondation ;

Mesdames et Messieurs les membres de la Commission nationale d’Organisation des Assises Nationales de la Refondation :

Mesdames, Messieurs les participants aux Assises nationales de la Refondation :

Distingués Invités ; Mesdames et Messieurs ; Tout protocole observé ;

En ce jour solennel dont le Tout Puissant gratifier, permettez-moi tout d’abord de lui rendre grâce et prier qu’il lui plaise de continuer à préserver notre chère patrie, meurtrie et plus que jamais menacée dans ses fondements et dans son existence en tant que nation.

Je voudrais en effet, vous inviter d’observer une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes, maliennes et étrangères, de cette guerre qui a été imposée à notre Nation.

En ce moment si décisif de la Transition et, donc de l’histoire de notre pays, je ressens une grande fierté à présider cette cérémonie d’ouverture de la phase nationale des Assises de la Refondation qui constitueront, certainement, un moment d’échanges fructueux, comme l’ont été les phases intermédiaires.

Une telle initiative est si vitale, qu’elle découle de nos traditions dont l’une des exigences est la participation de tous les citoyens à l’orientation et à la prise des décisions importantes qui engagent la vie de la communauté voire du pays tout entier.

C’est également le lieu d’adresser mes sincères remerciements aux membres du Panel, ainsi qu’à ceux de la Commission Nationale d’Organisation, avec respectivement à leur tête, les ministres Zeyni Moulaye et Mamadou Hachim Coumaré.

Mesdames et Messieurs les membres du Panel et de la Commission Nationale d’Organisation,

En vous choisissant pour siéger au sein de ces deux organes, nous ne nous sommes point trompés. Le sens du patriotisme et du devoir, l’esprit d’écoute et la neutralité dont vous avez fait preuve, ont été sans nul doute les clés du succès de cet exercice combien important pour l’avenir de la Transition.

En créant les conditions de rencontres fondées sur l’inclusivité et la participation responsable des citoyens, vous avez permis à notre peuple de s’exprimer dans sa diversité et de faire un diagnostic sans complaisance des problèmes qui sont à l’origine de la déliquescence de notre Etat et de notre société.

 

Lancées le 11 décembre 202 1, les Assises nationales de la Refondation amorcent ce jour, leur dernière ligne droite, après le niveau local, communal, régional et au sein de la diaspora malienne établie à l’extérieur. La phase nationale qui nous réunit aujourd’hui, dans la ferveur et la communion autour du Mali, sera une étape cruciale dans la marche héroïque de notre pays vers le redressement.

En réussissant à capitaliser l’enthousiasme des phases préliminaires, et en fédérant les énergies positives et patriotiques qui en ont émergé, les Maliens auront traduit leur désir de rupture d’avec les mauvaises pratiques du passé et l’ambition d’un nouveau départ pour le Mali.

A la veille du lancement de ces Assises, je me suis adressé à la Nation pour délivrer un message d’espoir tout en soulignant que; en ce jour solennel dont le Tout Puissant gratifier, permettez-moi tout d’abord de lui rendre grâce et prier qu’il lui plaise de continuer à préserver notre chère patrie, meurtrie et plus que jamais menacée dans ses fondements et dans son existence en tant que nation.

Je voudrais en effet, vous inviter d’observer une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes, maliennes et étrangères, de cette guerre qui a été imposée à notre Nation.

En ce moment si décisif de la Transition et, donc de l’histoire de notre pays, je ressens une grande fierté à présider cette cérémonie d’ouverture de la phase nationale des Assises de la Refondation qui constitueront, certainement, un moment d’échanges fructueux, comme l’ont été les phases intermédiaires.

Une telle initiative est si vitale, qu’elle découle de nos traditions dont l’une des exigences est la participation de tous les citoyens à l’orientation et à la prise des décisions importantes qui engagent la vie de la communauté voire du pays tout entier.

C’est également le lieu d’adresser mes sincères remerciements aux membres du Panel, ainsi qu’à ceux de la Commission Nationale d’Organisation, avec respectivement à leur tête, les ministres Zeyni Moulaye et Mamadou Hachim Coumaré, associations, des élections, aussi bien politiques que professionnelles etc.

La nation est déchirée par des divisions intestines qui se sont élargies à presque tous les secteurs de l’Etat, d’où la situation de dysfonctionnent que nous avons connue depuis mars-avril 2020, consécutive à la longue crise post-électorale de 2018, doublée de déficit chronique de gouvernance vertueuse. En somme, le Mali était face à un malaise profond qui se manifestait par un rejet systématique du système de prédation mis en place.

Mesdames et messieurs ;

II était temps, et même grand temps d’arrêter la spirale de la dérive. C’est pourquoi, nous devons replacer notre MALIBA dans une nouvelle dynamique, plus soucieuse de nos valeurs et vertus. C’est à cette entreprise de refondation, qui a valeur « de salubrité publique », que vous êtes conviés pour poser les fondements solides et les modèles de gouvernance endogènes qui s’inspirent de notre patrimoine historique et culturel.

Je me réjoui de la forte mobilisation observée lors des phases locales, communales et régionales des Assises Nationales de la Refondation. D’où ma confiance dans la capacité de sursaut de notre peuple qui, face à l’adversité et aux défis, a toujours su démontrer sa résilience. Les présentes Assises en constituent, de toute évidence, une illustration parfaite.

Notre tradition de dialogue nous prédispose à résister aux crises car celles-ci nous fournissent au même moment., les armatures du Mali nouveau, débarrassé de la corruption, de l’instabilité, de l’impunité, de I’injustice, de la pauvreté, du chômage endémique des jeunes et de la mauvaise gouvernance.

Mesdames et messieurs;

Les Assises Nationales de la Refondation ont connu un grand engouement au niveau local, donnant de fait le ton et le contenu du processus de Refondation.

Elles ont permis de mettre en commun les différentes attentes des populations quant au renouveau politique, institutionnel, sécuritaire, économique, social et culturel.

Commencer les Assises par les Communes, a permis de restituer la parole aux communautés de base et de réhabiliter leur rôle fondamental et fondateur dans la construction du Mali nouveau.

Je m’en voudrais assurément de ne pas saluer ici, l’engagement et la bravoure du peuple du Mali qui, dans toutes les localités et à l’extérieur du pays, a répondu présent au rendez-vous de l’histoire pour déterminer la marche de son destin.

Avec la phase nationale qui commence aujourd’hui, pour s’achever le 30 décembre, il s’agira de poursuivre l’objectif qui consiste à faire un diagnostic sans complaisance de l’état de la nation, d’en tirer les meilleures leçons, d’analyser en profondeur la situation globale du pays.

Il vous reviendra également de faire des propositions concrètes permettant de construire une solution de sortie de crise qui soit en même temps une perspective de développement politique, économique, social et culturel à long terme et une expérience pour l’unité et la prospérité du peuple malien.

Mesdames et messieurs;

Bien que la tenue des Assises ne constitue pas une fin en soi, il est important d’admettre que celle-ci constituait une étape indispensable dans la longue marche de notre peuple vers le progrès, le bien-être et la stabilité. Ainsi, les résultats qui sortiront de ce forum, ne seront que le début des processus salvateurs et non la fin.

En effet, il sera mis en place, à la fin des Assises, un Comité de suivi et d’Evaluation ainsi qu’une phase technique intense qui élaborera des cadres de référence de politiques publiques, d’orientations stratégiques, de planification économique et de développement, de suggestions des nouvelles lois de programmation, modifications d’instruments opérationnels des financiers, règlementaires. En somme toute une gamme d’outils institutionnels, législatifs, réglementaires et techniques du Nouveau Mali, notre Mali Kura.

Il s’agira donc d’aboutir à la mise en place d’une stratégie cohérente qui combine et coordonne l’action publique dans tous les secteurs tout en engageant une estimation budgétaire du coût de la Refondation.

L’engagement pour les échanges a été fort apprécié au niveau des communes, des cercles ct des régions. Nul doute qu’au niveau national, il sera à la hauteur des enjeux de l’évènement et de l’attente légitime de nos concitoyens.

Sur ces mots d’espoir ct en souhaitant plein succès pour la suite, je déclare ouverts, les travaux de la phase nationale des Assises de la Refondation.

Vive le Mali, Uni et Prospère.

Qu’Allah bénisse le Mali et Protège les Maliens

Je vous remercie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici