MALI : Le chronogramme de la Transition issues des Assises Nationales rejeté par une partie de la Classe politique et met en garde le pouvoir en place

0
70

Plusieurs partis politiques et regroupements politiques  réuni sous le vocable « Synergie sauvons le Mali » étaient face à la presse ce mercredi 05 janvier 2022 au siège du Parti pour la Renaissance Nationale (Parena) pour se prononcer sur les résolutions prises lors des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat dont la plus emblématique retenue est la prolongation du délai de la Transition à 5 ans.

Prenant la Parole, Dr. Youssouf Diawara, Président du Parti Yelema,  a indiqué que le retour à l’ordre constitutionnel normal est une question non négociable. « Si nous sommes des démocrates, nous avons la responsabilité de respecter sur ce quoi nous nous sommes engagés. Ne pas respecté cet engagement viole l’engagement que nous avons pris devant la communauté internationale  », a-t-il déclaré. Pour lui, le fait de ne pas respecter la parole donnée à la communauté est l’une des manières les plus explicites de porter atteinte au crédit de l’Etat. «  Quand un Etat parle, l’Eta a la responsabilité de respecter son engagement. Si cela n’est pas fait, il y a fondamentalement d’atteinte au Crédit de l’Etat. Nous allons les pousser à respecter les engagements pris », a ajouté Dr. Youssouf Diawara.

Dans leur déclaration commune lue par  Ismaël Sacko, les regroupements politiques et associatifs rappellent que la junte au pouvoir indiquait  dans leur propos liminaire le 18 Aout dernier qu’ils ne sont pas intéressés par le pouvoir mais la stabilité du pays.   A l’en croire, les premières autorités de la Transition se sont engagés  au respect strict de la Charte de la Transition  et de la Constitution. Un chronogramme élaboré par le Premier Gouvernement de la Transition avait prévu la tenue des élections  le 27 février 2022. «  Depuis la déclaration du programme d’action gouvernementale, excepté  le projet de  loi électoral non consensuel, aucune  action concrète n’a été posée dans le sens d’un retour à l’ordre constitutionnel normal, tant en ce qui concerne la préparation des élections que le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire. », déplore la Synergie Sauvons le Mali  . Par ailleurs, Ismaël Sacko a, au nom du des regroupements politiques, estimé que les Assises nationales étaient un alibi pour prolonger indéfiniment le régime militaire. «  La prolongation de la Transition n’était nullement parmi les 13 thématiques. Ces as sises étaient inopportuns. Elles ont été un immense gâchis .Elles n’étaient pas inclusives. Leurs conclusions ne sont donc ni consensuelles ni légitimes. Elles ne sauraient s’imposer. Nous les rejetons. Nous rejetons également le chronogramme sorti des assises parce qu’il porte atteinte aux principes élémentaires de la démocratie et au droit du peuple malien de choisir librement ses dirigeants. Ce chronogramme prolonge le coup d’État. Il porte les germes de l’instabilité politique et de la généralisation de l’insécurité. Par-dessus tout, le nouveau chronogramme notifié à la CEDEAO viole la Charte de la Transition. Il viole la parole et l’engagement des autorités vis-à-vis du peuple malien. Il viole la parole du Mali vis à vis de la sous-région, de l’Afrique et du reste de la communauté internationale. », a-t-il déclaré. Avant d’inviter les forces démocratiques à se lever pour sauver la démocratie. « Nous invitons toutes les forces démocratiques et patriotiques, tous les mouvements, toutes les associations et toutes les personnalités soucieuses de la stabilité du Mali à se retrouver pour apporter les réponses appropriées aux velléités dictatoriales des autorités militaires et civiles de la transition.

Issa Kaou N’Djim, Président de l’ACRT- Faso  pour sa part, a insisté dans son intervention que la Transition arrive à terme le 27 février. «  A partir du 27 février, nous n’allons plus reconnaitre les autorités actuelles de la Transition. Comment on peut parachever la lutte du peuple et refuser de partir  », a-t-il martelé.

B. SIDIBE/ Malipost.net

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici