NIENA : Fin d’un conflit de 20 ans entre Diallo et Sangaré

0
373

Le colonel Ismael Wagué enterre la hache de la guerre entre plusieurs communautés de la région de Sikasso qui étaient en conflit depuis des décennies. Pendant plus de 20 ans, un conflit fratricide et communautaire entre les Diallo et les Sangaré prend en otage le développement du village de Tondjilla (commune de Niena région de Sikasso). Le même conflit couvait entre les Diarra et les Sidibé de Maribougou dans la commune de Zanièna. Au cours d’une visite à pas de charge dans la région de Sikasso, le ministère de la Réconciliation nationale, le Colonel Ismaël Wagué, a réussi à mettre un terme à la haine entre ces différentes communautés. Deux jours de dialogue auront suffi à réaliser ce vœu si cher aux populations.
La réconciliation a été actée entre les communautés à la faveur d’une rencontre organisée sous l’égide de la Commission d’appui à la réconciliation nationale. C’était les 8 et 9 mars 2021 dans l’enceinte de l’amphithéâtre de Nièna sous la présidence du préfet du cercle de Sikasso, Dramane Diakité. Initiés par le ministère de la Réconciliation nationale, les deux jours de dialogue communautaire ont servi d’espaces d’échanges et de dialogue autour des problèmes spécifiques de paix dans le cercle de Nièna en vue de proposer des solutions adaptées à la situation.
Inscrit comme une suite logique de la mission de bons offices organisée du 03 au 09 février 2021 dans les communes de Nièna et de Zaniéna, cette mission conduite par Youssouf Camara de la cellule d’appui à la réconciliation a permis de s’imprégner du dossier et constater de nombreux conflits fonciers et de chefferie dans 2 localités, une dans la commune de Nièna (village de Tondjila) et l’autre dans la commune de Zaniéna (Village de Maribougou).
Présidée par le préfet du cercle de Sikasso, Dramane Diakité, qui avait à ses côtés le représentant du ministre de la réconciliation, Youssouf Camara, la rencontre visait aussi à améliorer les connaissances des populations sur la problématique de la gestion du foncier rural et sur celle de création et de l’administration des villages ainsi que le rôle des légitimités traditionnelles dans la prévention et la gestion des conflits.
Près de 250 personnes ont participé à cette rencontre. Il s’agit des autorités traditionnelles, des jeunes, des femmes, des leaders religieux de Nièna. Elle a permis également de contribuer à trouver une solution aux conflits dans les villages de Tondjila et Maribougou. Après des débats francs, sincères et sans passion, les habitants de Tondjilla dans la commune de Niena se sont présenté des excuses. Le vivre ensemble et la cohésion sociale reprend de plus belle dans ces deux localités.  » Je suis satisfait de cette mission, c’est le lieu de remercier le préfet du cercle de Sikasso pour son engagement, son savoir-faire, le sous-préfet de Nièna M Badra Alou Keita, qui depuis notre premier contact nous a rassuré et de faire un travail d’ombre pour la réussite de cette mission. Je lui félicite pour la qualité de son travail. Je demande solennellement l’accompagnement de l’État pour le développement dans la paix la cohésion » a dit Mahamadou Dioura.
La rencontre a été bouclée par la signature d’un engagement de non-violence par les différentes parties. Cet engagement engage les parties au respect de la fin des conflits entre les Diallo et les Sangaré de Tondjilla, entre les Diarra et les Sidibé de Maribougou. La mission d’appuis à la réconciliation nationale, le préfet, les maires et le sous-préfet sont aussi signataires de ce document.

Modibo Souleymane Touré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici