PAIX MALI: AJCAD galvanise la jeunesse de Djocoroni-Para

0
150

« Rôle des jeunes dans la consolidation de la paix au Mali », tel était le thème de la causerie débat organisée, le samedi 31 octobre 2020, par l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté active et la Démocratie (AJCAD-Mali) en faveur des jeunes de Djicoroni-Para Filabougou. La causerie débat, qui s’est déroulée à l’école franco-arabe Oumar Ben Katab, était animée par Djénéba Abdoulaye Niambélé en présence du superviseur de l’AJCAD, Oumar dit Barou Sangaré.
Selon le superviseur, Oumar Sangaré, l’objectif de cette causerie d’inciter les jeunes à s’impliquer davantage dans le processus de la paix au Mali. Il a ensuite invité les jeunes de Djicoroni-Para à rompre avec la passivité pour devenir des citoyens actifs sur le terrain de la paix.
Face à la trentaine de jeunes présents dans la salle, l’animatrice Djénéba Abdoulaye Niambélé a d’abord insisté sur l’importance des jeunes dans la société. « Les jeunes sont les plus nombreux de la population malienne. C’est les jeunes qui disposent de la force physique. Et l’avenir d’un pays appartient à sa jeunesse. Donc, en aucune manière, les jeunes ne doivent rester en marge dans la société », a signalé la conférencière.
En plus de cela, il a informé l’assistance de l’adoption de la résolution 2250 par les Nations-Unies qui garantit l’implication des jeunes dans la résolution des crises.
Dans son intervention, Mme Niambélé Fatoumata Fofana, une participante à la causerie débat a attiré l’attention des membres de l’AJCAD sur l’urgence à donner l’emploi à tous les jeunes.
Selon elle, c’est le prix à payer pour que les jeunes maliens ne soient pas l’instrument de guerre pour les terroristes et les hommes politiques. « Au Mali, les jeunes sont sans emploi. Sous le poids du chômage, ils sont tous devenus aigris. Ils sont donc des proies faciles pour toutes les aventures diaboliques. Il urge d’occuper les jeunes si nous voulons réellement la paix », estime-t-elle.
Cette idée est partagée par le représentant de la jeunesse de Djoconi-Para Filabougou, Ahmed Sékou Diarra qui a rappelé que lors du DDR les jeunes de Bamako sans emploi ont rué vers les zones de conflit dans l’espoir de décrocher un emploi dans l’armée.
Abdoul Paulin Traoré estime que la paix n’est pas forcément liée à l’absence des armes.
A l’en croire, une personne, qui a faim et soif au quotidien, ne peut pas œuvrer pour la paix. Il a prôné une justice sociale et une meilleure répartition des biens publics pour parvenir à la paix.
Auparavant le samedi dernier, les animatrices de l’AJCAD Nana Traoré et Kane Sanogo étaient à Sébénikoro Terminus pour une causerie débat avec les femmes de cette localité. Ladite causerie portait sur la place de la femme dans la consolidation de la paix au Mali.
La rencontre avait rassemblée une vingtaine de femmes.
Malipost

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici