Politique : Réquisitoire accablant du M5 RFP contre la transition

0
171

En dix points, la gestion du pays par la transition a été passée au crible par le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5 RFP). Au même moment, la communauté internationale met la pression sur les autorités maliennes afin d’ouvrir un dialogue plus large avec toutes les forces vives du pays. Lors d’un point de presse à Bamako le 9 avril 2021, le M5 RFP a souligné la détérioration de la situation globale du pays, nécessitant plus que jamais une « RECTIFICATION du processus de Transition afin de créer les conditions d’une REFONDATION totale du Mali dans le cadre des Assises nationales de la Refondation ».
Selon le Mouvement, il est en effet aujourd’hui clairement établi, que de plus en plus de nos compatriotes sont victimes d’injustice, de spoliation, de démolition d’habitats, de dénuement total notamment les déplacés internes, de violations de droits les plus élémentaires notamment ceux des transporteurs, des acteurs des marchés avec des hausses incontrôlées des taxes sur les denrées et des frais de péage, etc.
Les responsables du M5 estiment qu’aucun foyer, aucune personne n’échappe aujourd’hui à la baisse constante du pouvoir d’achat des Maliens avec son corollaire de paupérisation croissante. « La Transition actuelle, non seulement n’a pu apporter même un début de commencement de solution à ces difficultés mais, au contraire, elle les aggrave par son amateurisme, son manque de compassion et sa volonté effrénée d’accaparement de plus de pouvoirs et de richesses.
Pour ChoguelKokalaMaïga qui a lu le communiqué, ces comportements, plus dignes du Far-West que d’autorités étatiques du 21ème siècle ont fini par plonger les Maliens, y compris les plus réservés sur les demandes du M5-RFP ou les soutiens les plus intéressés de la junte militaire au pouvoir, dans une profonde désespérance. Il s’y ajoute une situation politique, sécuritaire et sociale des plus préoccupantes mais surtout une gestion chaotique et irresponsable ».
Cette mauvaise gouvernance est caractérisée par : l’option des colonels du CNSP de troquer leurs uniformes contre les boubous civils pour se barricader dans les bureaux climatisés de Bamako et s’immiscer allégrement dans des combines et intrigues politico-financières, alors que des officiers d’autres nationalités viennent nous porter main forte sur les théâtres des opérations, et que l’insécurité s’étend de façon accélérée à l’ensemble du territoire national; les autorités de la Transition font preuve d’un amateurisme politico-diplomatique criard, ainsi qu’en témoigne leur silence assourdissant sur les cas de bavures meurtrières avérées ayant coûté la vie à au moins trente-trois civils à Bounty, tel que ressorti dans les premiers témoignages puis dans un rapport officiel des Nations-Unies, et sur certaines autres immixtions inacceptables dans les affaires inter-maliens ou intérieures maliennes ; le choix clairement assumé des autorités de la Transition, dans leur entreprise de séduction de certains parrains internationaux de mouvements séparatistes, d’aller sans discernement vers l’application rapide et intégrale de l’Accord pour la paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger au prix de la partition programmée du Mali et d’une trahison nationale dont ils auront à rendre compte ; le refus d’approfondir les enquêtes et poursuites judiciaires contre les commanditaires, auteurs et complices des tueries et exactions contre les victimes de la crise. Le M5-RFP, sur ce point, n’observe malheureusement que des déclarations sans suite.
Autres caractéristiques de la mauvaise gouvernance : le constat accablant et désolant de la poursuite de la gabegie au sommet de l’Etat pour le seul confort des autorités de la Transition et leurs protégés et complices. Il est symptomatique à cet égard de constater que les plus hautes autorités de l’Etat persistent dans leur refus de déclarer leurs biens conformément à la Loi ; jamais la corruption et le népotisme n’ont atteint le niveau actuel au Mali. « Tout se vend et s’obtient avec l’argent-roi auprès de parents, d’amis et d’obligés rapidement promus au sein de l’appareil d’Etat. Un simple décryptage du gouvernement, du CNT, des nominations dans la haute administration et des marchés publics octroyés révèle des pratiques mafieuses de mise en coupe réglée du Mali. Accaparer le plus possible et le plus rapidement possible devient la norme. D’ailleurs, c’est in extremis que le Mali à la suite d’une évaluation menée par les pairs des Cellules financières de renseignement de la CEDEAO a échappé au qualificatif infâmant d’Etat-voyou », souligne le M5 RFP.
Toujours parlant des écarts de conduite de la transition, le M5 RFP a dénoncé « l’obstination à vouloir organiser la cession du pouvoir à un complice qui dicte in fine, le refus de mettre en place un organe unique indépendant de gestion des élections et d’instaurer une transition inclusive et transparente notamment sur le calendrier des élections ; la défiance, le mépris affiché à l’égard de la classe politique et son exclusion de la conduite de la Transition malgré des artifices comme le Comité d’Orientation Stratégique (COS) qui tente d’en faire des alibis ou des faire-valoir pour mieux abuser la communauté internationale ; la marche solitaire du gouvernement sur des sujets requérant par essence un consensus et une mobilisation nationale comme la Révision de la Constitutionnelle, les reformes politiques, administratives et territoriales dans lesquelles le M5-RFP ne se reconnait nullement. Enfin, dernier point, l’illégalité et l’illégitimité du Conseil National de Transition (CNT) que le M5-RFP a déféré à la censure de la Cour suprême dont la décision est attendue avec sérénité.et optimisme.
Par ailleurs, le M5-RFP rappelle qu’au plus fort de la lutte contre le régime déchu, dans le respect de nos valeurs socioreligieuses, il avait observé, à l’occasion des 10 premiers jours du mois de la Tabaski 2020, une trêve que les Maliens avaient largement saluée. « Le M5-RFP a fait de même avec Pâques 2021 et fera de même pour la période de Ramadan qui s’annonce en suspendant certaines de ses activités déjà annoncées ».
Choguel a indiqué que les manifestations de masse annoncées seront juste différées et reprendront avec plus de vigueur après la période de Ramadan avec un Mouvement mieux implanté sur l’ensemble du territoire national et dans la Diaspora et qui aurait achevé sa structuration interne au demeurant en cours de finalisation.
Ismael Diarra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici