PRESIDENTIELLE 2022 : Le faux bond de Boubou Cissé au Morema !

0
218

Fortement pressenti pour être le candidat du Mouvement pour la Refondation du Mali (Morema) à l’élection présidentielle de 2022, l’ancien Premier ministre d’IBK, Dr Boubou Cissé a finalement décidé de briser le rêve de Me Tapo et ses compagnons au profit du parti de Feu Soumaïla Cissé qui lui ouvre ses portes. Son acte de trahison a été irrévocablement consommé, le samedi 26 juin 2021, à Djenné lors de la conférence de la section URD qui l’a porté au poste de Secrétaire aux questions économiques de ladite section.
En politique, dit-on, les décisions sont prises seulement en fonction des intérêts du moment. Pour des raisons, sans doute, liées à ses ambitions présidentielles en 2022, l’ancien chef de l’exécutif qui a conduit le gouvernement d’IBK jusqu’à sa chute, Dr Boubou Cissé ne s’est pas gêné du tout d’assener un coup de pied violent à ses amis du Morema dirigé par Me Kassoum Tapo. Constamment dans une logique de manger sous l’ombre fait à la sueur d’autres personnes, l’ancien Premier ministre a atterri, avec armes et bagages, dans la grande famille de l’URD, ce parti fait actuellement la convoitise de tous les hommes politiques en cette veille de l’élection présidentielle. Il laisse ainsi le Morema, presque créé avec ses bénédictions, orphelin. Et cela sans compter les dégâts financiers et les efforts personnels dépensés par Me Tapo pour lui préparer le terrain. Car, il faut le dire, des dépenses énormes ont été faites pour que le Morema naisse avec ses trente deux dents. Mais, il a préféré un poste symbolique de Secrétaire aux questions économiques à l’URD plutôt que d’être un baron de première ligne du Morema que Tapo et ses amis visiblement étaient prêts à lui offrir sur un plateau d’argent.

Qu’est ce que Boubou peut espérer à l’URD ?
Comme beaucoup d’autres politiciens de sa race, Boubou Cissé vient, sans doute, à l’URD dans l’espoir d’être le candidat de ce grand parti qui bénéficie encore du respect des Maliens du fait des grandes œuvres réalisées par son premier président, à savoir Feu Soumaïla Cissé. Mais, il n’est pas le seul à prétendre à ce privilège. Le coin est déjà saturé. Mais comme certains, il tentera lui aussi de profiter de la fragilité financière des militants de premières heures de ce parti en s’attirant la chance avec des billets de banque. Dieu seul sait combien il est riche pour avoir passé sept longues années dans le gouvernement du président Ibrahim Boubacar Kéita. C’est dire que son adhésion inattendue au parti URD n’est que la phase visible de l’iceberg. Autrement dit, l’étape de la section de Djenné est la première d’une série d’étapes qu’il a mises en place pour assouvir son désir de succéder démocratiquement à son ancien chef, le président IBK. Espérons que les responsables de ce grand parti sont suffisamment avertis de ses intentions. Car, dans le fond, il n’y aucune logique dans le choix de Boubou Cissé de venir militer dans l’URD, un parti qu’il a méprisé pendant qu’il était aux affaires sous IBK. C’est dire que directement ou indirectement, il a combattu, à un moment donné, les idéaux de ce parti dans les bras duquel il vient aujourd’hui se jeter. Mieux, tous les Maliens savent qu’il est et reste encore aujourd’hui un membre du « grin » du fils du président IBK.
Au-delà, Boubou Cissé, même candidat de l’URD à la présidentielle, ne pourra jamais courir jusqu’à Koulouba. Car, il a trop d’ennemis qui l’attendent au tournant. Il s’agit en premier lieu : les enseignants. Espérons que l’URD ne commettra pas la faute grave qui va définitivement l’enterrer.
Youssouf Z KEITA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici