Rebondissement au CMC : Un nouveau procès en vue

0
43

C’est un nouveau procès qui commence avec une requête en tierce opposition faite par l’avocat de la liste que dirige Bourama Mounkoro, le trésorier sortant du Conseil malien des chargeurs(CMC). En attendant que les esprits se calment, le ministère des Transports et des Infrastructures a décidé de la mise en place d’une administration provisoire.

Les candidats de la liste B de Babalaye Daou soutiennent que les 162 personnes physiques et morales dont la radiation est demandée ne sont pas à jour de leur cotisation du Conseil malien des chargeurs au titre des années 2018, 2019, et 2020. Mais l’avocat des 162 personnes apporte des précisions sur l’irrecevabilité des arguments du camp de Babalaye avec les preuves du paiement régulier des cotisations des membres de la liste A.
Ainsi, l’élection consulaire des délégués du district du samedi 30 octobre 2021 a connu des contentieux au niveau du tribunal administratif de Bamako. La justice avait ordonné l’annulation et la reprise des listes électorales de la capitale. A la veille du scrutin, il y avait de la tension entre les deux listes de candidatures issues des trois sections (imports, exports et transit).
La liste A dirigée par Bourama Mounkoro, le trésorier général du bureau sortant du CMC, affrontait la liste B, celle de Ousmane Babalaye Daou, le président sortant. Mais toute la contestation est partie des responsables de la liste B qui ont formulé une requête au tribunal administratif de Bamako contre 126 inscrits de la liste A pour défaut de candidature et de paiement de la cotisation.

Malheureusement pour Babalaye, la Commission électorale présidée par Alassane Mangara, 1er substitut du procureur de la République près le tribunal de la Commune IV, n’a pas tranché la demande des plaignants. Ousmane Babalaye a donc saisi à la veille du vote, le vendredi, le juge des référés du tribunal administratif de Bamako.

Le 29 octobre 2021, le juge administratif a annulé la décision du président de la Commission électorale du district de Bamako en date du 27 octobre portant rejet de réclamation de la liste B de candidature et validation de l’inscription des 126 électeurs sur la liste électorale du CMC de la délégation du district de Bamako pour absence de liste électorale et de liste de candidature publiée, conformément à l’arrêt d’organisation des élections du CMC.
Et c’est ce jugement qui ordonne la reprise du processus électoral avec l’établissement de nouvelles listes électorales et de candidature. Malheureusement, la reprise du processus électoral ordonnée par le tribunal administratif n’a pas pu empêcher le vote. Et c’est dans cette confusion qu’a eu lieu le scrutin du samedi dernier.

Selon des sources fiables, la contestation existe aussi dans d’autres régions dont Kayes et Ségou. Le ministre du Transport et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko, a choisi de mettre en place une administration provisoire qui va travailler pendant les 6 prochains mois. La question est de savoir maintenant qui va succéder à Babalaye Daou.
Ismael Diarra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici