REFONDATION DE L’ETAT: Les légitimités traditionnelles et coutumières versent leur contribution pour leur implication dans la gouvernance

0
175

L’hôtel Maeva Palace a abrité, du 29 au 30 novembre 2021, un  Forum Citoyen sur l’implication des autorités traditionnelles dans le processus de refondation initié par les autorités de la Transition. 137 personnes ont pris part à cette activité, venues de la quasi-totalité des régions administratives du Mali.  Les travaux ont été sanctionnés par des fortes recommandations de nature à renforcer le statut des légitimités traditionnelles en les inscrivant dans un arsenal juridique.

Pour mieux repositionner  les légitimités traditionnelles dans le Malikura en gestation,  la Direction de Développement et de Coopération Suisse (DDC)  et le Cercle de réflexion  et d’Information pour la consolidation de la Démocratie au Mali ( CRI 2002) a, en partenariat avec le Ministère de la refondation,  initié  un atelier d’échange et de réflexion de deux jours sur leur implication dans le processus de la refondation. Il s’agissait pour les participants au cours de cet atelier  de contribuer à poser les balises du changement politique, institutionnel, sécuritaire, sanitaire environnemental, en responsabilisant les autorités traditionnelles et coutumières dans la refondation. Ce forum de deux jours avait trois panels inscrit dans  son agenda : 1. Expériences de CRI 2002 et le Programme partenarial pour l’exercice d’une gouvernance appropriée sur  l’implication et la responsabilisation des autorités traditionnelles dans la gouvernance, 2. La refondation de l’Etat, quel changement politique, institutionnel, sécuritaire et  sanitaire pour sa réussite, 3. L’implication et la responsabilisation des autorités traditionnelles dans la refondation de l’Etat :enjeux, défis et perspectives. L’atelier a été aussi marqué par des travaux de groupe sur des thématiques relatives à la gestion des affaires publiques locales, le développement économique et social, création des richesses.

Les recommandations formulées 

A l’issue des travaux, les recommandations suivantes ont été formulées par les participants : la dimension renforcement de consolidation des acquis  et enseignement engrangés  dans le cadre du partenariat stratégique et opérationnel CRI 2002 et partenaire. Il a été question de poursuivre et élargir aux régions l’élaboration  de répertoire  des chefs de village, fractions et quartier ; réaliser une campagne robuste pour la délivrance des décisions  de désignations des chefs de village, conseil de village  et quartier. Prolonger les mandats des conseillers, des chefs de villages, fractions expirés ; d’informer, de sensibiliser et de former  les légitimités traditionnelles  pour la conception, l’élaboration d’un document de plaidoyer à hauteur des envergures des enjeux, des défis et des perspectives de l’opérationnalisation de la célébration de la date du 11 novembre retenue et institué comme journée des légitimités traditionnelles ; de relire la loi 06 -023/ du 28 juin 2006 relative à  la création et à l’administration des Villages , Fractions  et Quartier et la mettre en phase avec la refondation enclenchée. La prise en compte et en charge de la loi sur la libre administration des collectivités territoriales pour une gouvernance territoriale approprié e rénovée. La dynamisation de l’économie locale, à la lumière de la  nouvelle vision de la décentralisation et la formation professionnelle suivant le principe de subsidiarité.

Clôturant les travaux, Pr. Ibrahim Ikassa Maïga, Ministre de la Refondation de l’Etat, a de prime abord remercié les participants pour le déplacement et le travail abattu. « Les resultats de ces travaux  sont une contribution majeure  pour la mission confiée au Ministère de la Refondation», L’occasion pour lui de rappeler que la Transition n’est pas ordinaire. Elle est, dit-il, le résultat d’une lutte acharnée pour le changement dans la gouvernance. « Toutes les nations émergentes sont le résultat d’une Transition réussie : Ghana par John Jerry Rowling , Burkina Faso par Thomas Sankara,  Afrique du Sud par Nelson Mandela ; France par General Deguaule… », a-t-il fait remarquer.

Le Ministre de la refondation s’est  dit convaincu qu’en remettant les légitimités traditionnelles à la place qui leur sied, la reconstruction du Mali prendra un bon pied.  « Vous êtes le premier maillon de l’administration et les piliers centraux de l’Etat. Cela doit être reconnue et acté à sa juste valeur », a-t-il conclu.

El hadj Bamoussa Touré, Coordinateur des chefs de quartiers de Bamako, a, au nom des participants, salué cette initiative des autorités de la Transition. « Nous sommes honoré par cette initiative à notre endroit. Ces initiatives de réhabilitation des autorités traditionnelles est le symbole de la dignité retrouvée. » , a-t-il affirmé. Avant d’inviter les légitimités traditionnelles et coutumières à s’impliquer activement pour la réussite de cette Transition qui consacrera le retour de la grandeur et l’honneur des autorités traditionnelles.

Auparavant Dr. Abdoulaye Sall, Président du CRI 2002, pour sa part, a salué cette initiative qui s’inscrit en droite ligne du combat de son organisation. Partant, il a rappelé que la refondation vise à bâtir une nouvelle citoyenneté en rendant l’Etat au Citoyen. La première tâche à faire, selon lui, est de mettre les populations au travail à travers le développement du secteur primaire tout en faisant le lien avec le secteur tertiaire. « La refondation aussi c’est de changer le comportement », a-t-il précisé. Aussi, a-t-il interpellé à revoir le mode de  composition et de désignation des conseillers de village. A l’en croire, chaque village à ses us et coutume. « Autrefois, le conseiller de village était constitué des membres des familles qui ont conquis et furent des premiers occupant. Le mode désignation actuelle est en déphasage avec nos réalités sociétales », a-t-il regretté. Et d’inviter les autorités de la Transition à procéder à la relecture de la loi 06 -023/ du 28 juin 2006 relative à  la création et à l’administration des Villages, Fractions  et Quartier et la mettre en phase avec nos réalités sociétales.

B.SIDIBE/ Malipost. Net

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici