TIEMAN HUBERT COULIBALY LORS DE SA PRESENTATION DE VŒUX A LA PRESSE : « Je refuse d’être dans la logique de harcèlement des autorités de la transition »

0
188

Le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) et de l’Action Républicaine pour le Progrès (ARP), Tiéman Hubert Coulibaly a présenté, le samedi 30 janvier 2021 à l’hôtel Maeva de Bamako, ses vœux à la presse. Au cours de cette rencontre, il a parcouru les faits marquant la vie de la nation malienne en 2020 tout en déclinant son appréciation sur la conduite de la transition politique en cours au Mali qui s’inscrit dans la logique d’accompagner les autorités de la transition à mieux réussir les reformes politiques et institutionnelles afin d’installer une démocratie stable au Mali.
Selon Tiéman Hubert Coulibaly, l’année 2020 a été une année vilaine pour le Mali, avec des épreuves pour sa jeune démocratie, son économie qui ont meurtri les populations maliennes dans leur chair et leur esprit.
Selon le président de l’UDD, la nouvelle année, qui s’ouvre sous une transition politique, offre de meilleures perspectives en vue de retrouver la normalité constitutionnelle. « Les échéances électorales prévues sont censées donner au Mali un nouveau visage politique, avec des institutions plus représentatives issues du suffrage direct des populations. Nous mesurons et nous travaillons en conséquence », rassure Tiéman Hubert Coulibaly.
Au cours cette rencontre, le président de l’UDD a clairement édifié les hommes de média sur le comportement qu’il compte adopter vis-à-vis des autorités de la transition. « Les coups d’Etat de 2012 et de 2018 sont des négations pour la démocratie malienne. En 1991, les acteurs politiques se sont dits plus de coup d’Etat au Mali et arriva 2012. En 2012, les mêmes vœux ont été formulés mais nous avons été démentis par le coup d’Etat de 2018. Mais pour autant, la construction démocratie ne doit pas s’arrêter ; elle doit se poursuivre avec des questionnements et à travers des analyses froides. C’est pourquoi, à l’UDD, nous refusons de nous inscrire dans une démarche de harcèlement des autorités de la transition. Je ne suis pas obsédé de prendre leur place. Je suis obsédé d’un Mali apaisé et stable. Je refuse de tacler les autorités de la transition et les faire tomber dans le dessein de prendre simplement leur place. Je ne suis pas intéressé par leurs postes », s’est-il confié aux journalistes.
A la place de la division et des querelles politiciennes, qui, selon lui, compromettent l’avenir de la génération future, Tiéman Hubert Coulibaly, au regard de la gravité de la situation actuelle, préconise l’union sacrée autour du pays en 2021. « Sortir des clivages politiques et claniques est une question de survie pour le peuple malien. Les Maliens doivent avoir les mêmes objectifs du Nord au Sud du pays afin que plus jamais la cohésion sociale retrouvée ne soit mise en cause. La bonne conduite à tenir pour une transition réussie est un devoir pour chaque malien. Il s’agit d’une question de renaissance pour notre nation qui a besoin de sortir d’une décennie d’instabilité. Cette renaissance doit passer par le consensus sur les chantiers de la transition enclenchée pour 18 mois», estime président de l’UDD.
Malipost

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici