TRANSITION AU MALI: CRAJ-FASO Nieta appelle à une refondation totale de la République

0
210

Les  responsables du parti la Convention des Réformateurs pour l’Alternance et la Justice (CRAJ-FASO Nièta) était face aux hommes de médias le samedi 07 Aout à la Maison de la presse. Objectif : exprimer leur point de vue sur la situation sociopolitique du Mali.  Au cours de cette rencontre, le Président  Mahamane Mariko a appelé les fils du Mali à s’impliquer  dans cette transition pour la refondation  totale de la République afin de contrecarrer  aux volontés de perpétué le système politique.

Face à la presse, samedi 07 Aout 2021, les leaders du Parti de la Convention des Réformateurs pour l’Alternance et la Justice (Craj-Faso Nièta) ont passé en revue la situation sociopolitique du Mali. Entouré de ses plus proches collaborateurs, Mahamane Mariko, Président de la Craj-Faso Nièta) a rappelé que la situation du pays, dans son  ensemble est plus que préoccupante. «  Au Nord et au Centre, elle est marquée par un contexte d’instabilité aggravé en raison de l’activisme des groupes extrémistes, de l’intensification des conflits locaux, sur fond de présence des milices créées sur des bases communautaires ainsi que la criminalité organisée », a-t-il déploré. Et d’ajouter que les populations sont écrasées par une réponse sécuritaire inadaptée malgré la vaillance et la volonté de beaucoup de nos soldats. Il estime qu’au delà de la sécurité, l’absence de services sociaux de base, le point commun de ces malheurs, c’est la corruption, le  népotisme, un patriotisme de façade.

Mahamane Mariko pense qu’après la révolution de mars 1991, la volonté d’instaurer une démocratie populaire a laissé place au pouvoir de l’argent maitre absolu dans notre pays qui a perverti le système de gouvernance. A l’en croire, la solution serait de tourner la page. «  Nous devons être résolument engagés à tourner une page. Il ne faut pas seulement chercher à indexer le régime IBK, mais il faut tourner la page du système  dont il n’est qu’une des incarnations », a-t-il martelé.

L’occasion pour lui de tancer ceux qui défendent l’organisation des élections dans les brefs délais sans que l’Etat soit refondé. « Nous sommes de ceux qui disent non à des élections dans les mêmes conditions catastrophiques. Ce, pour finir par toujours ce fameux unanimisme  qui n’est en réalité qu’un partage plus large du gâteau. Le système essai de se sauver en réchauffant les vielles recettes qui ont conduit à la faillite.  Au delà du départ de la dernière incarnation de l’échec du système, nous exigeons la fin du système lui-même. Nous appelons à une refondation totale de la République », a-t-il insisté, tout en rappelant qu’une transition  est par essence une période de grandes reforme.

Le président du parti n’a pas manqué d’égrener les fortes recommandations du parti aux nouvelles de la transition : la résolution immédiate de la question de l’article 39 de la loi 2018-007 du 16 janvier 2018  pour le maintien de la quiétude à l’école : l’adoption des mesures concrètes face à la vie chère ; le retour de l’administration  et les services sociaux de base sur l’ensemble du territoire national. Ils exigent entre autres aux autorités : une véritable ligne politique pour l’avenir et assurer une alternance politique ; la lutte implacable contre les corrupteurs, les corrompus. Le Craj-Faso Nièta réaffirme son soutien à des préalables des réformes politiques notamment la mise en place d’organe unique de gestion des élections ; le projet d’organisation des assises nationales de la refondation.

  1. SIDIBE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici