TRANSITION POLITIQUE AU MALI : La Synergie 22 prône un consensus politique

0
55

Les responsables de la synergie 22 étaient face à la presse le samedi 06 novembre 2021   pour s’exprimer sur l’évolution de la transition politique au Mali. Au cours de cette rencontre avec les médias, ils ont appelé les autorités politiques à un consensus politique tout en estimant que les élections sont techniquement tenables à date indiquée. C’était à la Maison de la presse.

 

Cette conférence de presse organisée par la synergie 22 était animé par Dr. Ibrahima Sangho, entouré du président de la communauté des Blogueurs du Mali( Doniblog) Abdoulaye Guindo, Fousseini Diop, Responsable Programme et engagement civique de l’AJCAD.

Dans sa note luminaire, Dr. Ibrahima Sangho, a rappelé  l’impérieuse nécessité de respecter les Normes et Conventions internationales suivant le Titre I de la Charte de la transition qui stipule : « Considérant notre attachement aux valeurs et principes démocratiques inscrits dans la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance du 30 janvier 2007 de l’Union africaine     et dans le Protocole A/SP1/12/01 du 21 décembre 2001 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance (…).

Il a aussi noté que  la Synergie 22 suit avec inquiétude la polarisation du contexte politique malien au sujet de la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) et de la mise en place de l’Autorité Indépendante de Gestion des Élections (AIGE). «  La Décision N°2021-0179/PM-RM du 06 octobre 2021, portant création de la Commission technique de rédaction de l’avant-projet de loi électorale, et la tenue de l’atelier sur l’avant-projet de loi électorale les 4 et 5 novembre 2021 n’ont pas bénéficié d’un large consensus politique », a affirmé Dr. Sangho.

Partant, la Synergie 22,  se dit  réconforté par le discours du Ministre de la Refondation de l’État chargé des relations avec les institutions qui disait que : « ce travail se fera dans un consensus entre le gouvernement et l’ensemble des acteurs ». Ainsi, la Synergie 22  encourage les autorités de la Transition à asseoir un véritable consensus autour des réformes politiques et institutionnelles envisagées. Elle salue la mise en place d’un Panel des hautes personnalités et la Commission nationale d’organisation pour le pilotage des ANR. De même, elle salue les démarches entreprises par le Ministre de la Refondation de l’État chargé des relations avec les institutions envers les acteurs politiques afin d’obtenir leur adhésion et participation aux ANR.

 

Les défis de la transition selon la synergie 22

 

La Synergie 22 attire l’attention des autorités de la transition sur d’autres défis majeurs auxquels il convient de faire face ; à savoir :

-La situation sécuritaire qui ne cesse de se détériorer chaque jour alors que la première mission de la Transition consacrée dans la Charte évoque : « le rétablissement et le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ». Aujourd’hui, plusieurs localités des régions de Ségou et Mopti ne cultivent plus, et cela depuis quelques années. En cette fin d’année 2021, les populations assistent impuissamment aux brûlures de leurs récoltes ou de leurs champs à maturité par des forces terroristes et bandits puissamment armés.  Si les autorités de la transition ne trouvent pas une solution pour stopper cette situation dramatique, cela pourrait conduire à l’exacerbation de la cherté de la vie au Mali ;

-« La destruction ou l’occupation des infrastructures scolaires qui a conduit à la fermeture de 1 300 écoles dans les régions du Nord et du Centre du Mali et à la déscolarisation de plusieurs milliers d’enfants ; plus de 9000 enseignants se trouvent ainsi désœuvrés ; les services sociaux de base ne fonctionnent plus dans les localités concernées et l’Administration publique a dû se replier pour raison de sécurité », suivant un discours récent de l’Ambassadeur du Mali auprès des Nations Unies ;

-La problématique de la réorganisation territoriale pour l’organisation des futures élections législatives, avec la prise en compte des régions et cercles créés par les lois n°2012-017 et n°2012-018 du 02 mars 2012 ;

La tenue d’élections inclusives, crédibles et transparentes, au moment où l’administration se retire de jour en jour de plusieurs localités du Mali.

 

Quelques recommandations formulées par la synergie 22

 

Au vu de tous ces constats et défis, la Synergie 22 recommande aux autorités de la Transition :Que les dispositions légales en République du Mali soient respectées concernant la RALE ;

Que le processus de révision de la loi électorale soit consensuel ;

Qu’un large consensus soit bâti autour des ANR et de l’AIGE ;

Qu’un chronogramme clair, précis et réaliste soit publié, pour définir la période des réformes et celle des élections nécessaires de fin de transition ;

Que tout soit mis en œuvre pour la réouverture des écoles surtout pour cette rentrée scolaire ;

Que la publication en ligne des résultats des scrutins par centres et bureaux de vote, au fur et à mesure de la proclamation des résultats, soit intégrée dans la Loi électorale. Elle permet, entre autres, d’éviter les conflits et le tripatouillage des résultats pendant la remontée et la centralisation des résultats ; contribuant ainsi à la transparence et à la crédibilité des élections.

B. SIDIBE/ Malipost.Net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici